Régionalisme en Amérique latine : développements récents

Vendredi 25 mars 2011 à 13h30, local A-1715, pavillon Hubert-Aquin, UQAM, métro Berri-UQAM

L’Amérique latine a connu deux vagues de régionalisme depuis la Seconde Guerre mondiale. La première vague fut portée par trois grands idéaux : (1) donner au développement autocentré une assise économique viable, (2) mettre en place des institutions communautaires, et (3) soutenir les revendications en faveur d’un nouvel ordre international. La seconde vague fut de nature différente. Amorcée au tournant des années 1990 dans un contexte encore marqué par la crise de la dette, elle est moins portée par des idéaux antérieurs que par la nécessité pour l’Amérique latine de s’adapter et de répondre au double défi que lui posaient son insertion dans l’économie mondiale d’une part et l’engagement à leur tour des États-Unis dans la voie régionale d’autre part. De cette seconde vague, on retiendra surtout la création presque parallèle de l’ALENA et du MERCOSUR mais aussi l’échec du projet de Zone de libre-échange des Amériques et celui tout aussi spectaculaire de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques. Aujourd’hui, ni l’ALENA ni le MERCOSUR ne semblent répondre à ce que l’on attendait d’eux. Le malaise est d’autant plus important que l’on ne peut plus faire abstraction de deux tendances lourdes : les accords bilatéraux prolifèrent et la Chine s’interpose comme partenaire incontournable dans la région. Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle et troisième vague de régionalisme dans les Amériques, ou bien au contraire, ces tendances nouvelles marquent-elles la fin définitive des grands projets d’intégration ?

Conférenciers

Victor Armony, professeur au département de sociologie de l’UQAM et directeur de l’Observatoire des Amériques
Multilatéralisme et transnationalisme en Amérique latine
Plusieurs projets de concertation multilatérale ont surgi dans les années récentes, visant à articuler les nouvelles conditions géopolitiques de l’Amérique latine, ainsi que les enjeux intra-régionaux et Nord-Sud, avec l’imaginaire de l’« Unité latino-américaine ». Comment cet élan « multilatéraliste » – qui active ou neutralise, sous différentes conditions, le clivage gauche-droite – s’inscrit-il dans l’émergence d’un espace public latino-américain? Les leaderships politiques dépassent les périmètres nationaux, la scène médiatique et l’opinion publique se transnationalisent, les réseaux transfrontaliers sociaux, culturels et idéologiques se répandent à l’échelle du continent. Comment décoder cette nouvelle réalité? – Mathieu Arès, politologue et membre du CEIM
La perspective mexicaine sur le régionalisme latino-américain
Le Mexique a été l’un des principaux pays latino-américains a définir ce que certains ont appelé le «nouveau régionalisme», l’ALENA servant en quelque sorte de modèle institutionnel pour l’ensemble des relations entre les pays de la région et les États-Unis. Toutefois, la régionalisation et la création d’une communauté nord-américaine espérées ont rapidement fait place à un régionalisme compétitif et, sur ce plan, le Mexique se retrouve coincé entre les difficultés économiques des États-Unis, une Chine aux exportations trop compétitives et des pays latino-américains aux trop grandes ambitions. La situation en est d’autant malaisée que la violence et le cycle électoral monopolisent l’actualité nationale. – Geneviève Lessard, agente de programme pour les Amériques chez Droits et démocratie
Gouvernance démocratique et multiplicité des processus d’intégration régionale dans les Amériques : le rôle de l’Organisation des États Américains (OEA)
Au moment du lancement des premiers pourparlers sur une éventuelle Zone de Libre-échange des Amériques, au début des années 1990, le rôle de l’Organisation des États américains (OEA) dans le panorama institutionnel régional en émergeance a fait l’objet de transformations importantes. La capacité de l’Organisation à promouvoir et à protéger les droits humains et la démocratie, notamment, avait suscité nombre de questionnements. Près de deux décennies plus tard, la progression de l’intégration économique s’avère portée essentiellement par des processus non plus continentaux, mais bilatéraux ou minilatéraux, tandis qu’en toile de fond est ravivé l’éternel débat, entre gouvernants de “gauche” et de “droite”, sur l’orientation philosophique à donner aux politiques économiques. Dans un tel contexte, que sont devenus les mécanismes de l’OEA destinés au renforcement de la gouvernance démocratique dans la région? – Franco Salvadores, doctorant en science politique à l’Universidad nacional de Cuyo
L’expérience régionale de l’Uruguay : arbitre, coéquipier ou joueur individuel dans l’intégration sud-américaine?
L’Uruguay a historiquement été marqué par sa situation géographique au milieu des deux principales économies nationales sud-américaines. Après avoir joué un rôle d’arbitre dans ses relations traditionnelles avec l’Argentine et le Brésil, ce petit pays a joint, au côté du Paraguay, ses deux grands voisins, donnant ainsi naissance au Mercosur. Or, vingt ans après, la trajectoire du Mercosur semble être essoufflée face à la multiplication d’initiatives à portée régionale et bilatérale. Quelles sont les alternatives dont dispose un petit pays comme l’Uruguay pour tirer le meilleur bénéfice de l’intégration et la mondialisation? Entrée libre et gratuite Pour de plus amples informations, veuillez contacter : Valérie Fournier-L’Heureux, fournier.valerie@uqam.ca, (514) 987-3000, poste 3910

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !