Une recherche engagée au service des communautés : la transversalité comme paradigme épistémologique

Correspondance, Marie Fall, 11 avril 2023

[Extrait]

La recherche engagée dans les projets de développement international

La réalisation de mandats de recherche dans le cadre de projets de développement international (PDI) pose le défi constant d’un équilibre quant aux rôles, responsabilités, normes et prescriptions à considérer dans l’élaboration des projets , leur mise en œuvre et les retombées attendues aussi bien aux plans académique et scientifique (formation des étudiants, production de nouveaux savoirs) que communautaire (services aux communautés, amélioration des conditions de vie, contribution au mieux-être). Les perspectives théoriques, les concepts et les méthodes utilisés doivent être adaptés aux réalités, aux temporalités et aux échelles des territoires et des communautés bénéficiaires des PDI.

Comme chercheure, nos valeurs, notre posture épistémique et nos aspirations se reflètent dans les PDI (Lavigne Delville et Fresia, 2018)[1], en concordance avec la mission des institutions et des organisations avec qui/pour qui nous travaillons. Une recherche engagée au service des communautés exige, à quelques occasions, de porter plusieurs casquettes : chercheure, conseillère, administratrice, gestionnaire, leader communautaire, militante, etc. Les savoirs reçus et/ou développés au cours d’une recherche engagée font appel à des attentions toutes particulières. Dans bien des cas, le pluralisme institutionnel, l’intersectionnel, l’interculturel, l’interconnaissance, l’interdisciplinarité et l’interaction deviennent des enjeux transversaux qui finissent par imposer un paradigme nouveau : la transversalité.

La recherche engagée représente, dans bien des cas, la réponse la plus fréquente des universitaires à la volonté d’avoir un impact concret sur les communautés, sur la société, sur le monde.

Pour lire la suite

Publié dans Correspondance – Le journal des profs de l’UQAC

Autrice : Marie Fall, Professeure au Département des sciences humaines et sociales de l’UQAC

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !