Responsabilité sociale des entreprises : Vers une contribution développementale?

Mardi 15 septembre 2015 à 12h30

Responsabilité sociale des entreprises : Vers une contribution développementale ?

Date : Mardi 15 septembre 2015 à 12h30
Local: A-1715, pav. Hubert-Aquin, 400 rue Ste-Catherine Est, UQAM, Métro Berri-UQAM

La mobilisation des ressources privées est au cœur des discours sur le développement depuis plusieurs années, à la fois du côté des États, des organisations internationales spécialisées et des experts. Ils soulignent l’importance des investissements privés, notamment dans l’exploitation des ressources naturelles, pour assurer le développement, la croissance et la lutte à la pauvreté. On constate d’ailleurs que de plus en plus de bailleurs disposent de politiques relatives à la la promotion du secteur privé dans leur dispositif d’aide au développement. L’un des aspects récurrents du discours sur l’impact développemental de l’aide est la centralité de la notion de responsabilité sociale des entreprises (RSE). Présentée à la fois comme moyen de maximiser l’impact développemental des investissements directs à l’étranger (IDE) et de réduire les risques d’externalités négatives, cette notion polymorphique mérite une attention particulière. Gabriel Goyette analysera comment les modèles contemporains proposent de dépasser les limites traditionnelles de la RSE pour le développement, particulièrement dans le secteur extractif, en les évaluant à la lumière des obstacles identifiés par la littérature. Il appliquera par la suite ces conclusions à l’analyse de la stratégie canadienne de promotion de la RSE. Enfin, il proposera une évaluation des opportunités et des limites offertes par la RSE en matière de développement.
goyette.jpg
Détenteur d’un baccalauréat en science politique et d’une maîtrise en science politique spécialisée en relations internationales et développement de l’Université du Québec à Montréal, Gabriel C. Goyette est étudiant au doctorat au département de science politique de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les transformations contemporaines de l’aide publique au développement, l’efficacité et l’aide et particulièrement sur le rôle du secteur privé dans l’aide canadienne, de même que sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Gabriel est coordonnateur du pôle coopération du Réseau d’étude des dynamiques transnationales et de l’action collective, Coordonnateur des activités au Centre d’études de l’Asie de l’Est (CETASE) et au Pôle de recherche sur l’Inde et l’Asie du Sud (PRIAS) et doctorant au CERIUM, il est également membre associé du Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS-UQAM) et chercheur associé à l’Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaire (OCCAH) à l’École des science de la gestion (UQAM).

La conférence sera suivie d’un commentaire de Olga Navarro-Flores
Professeure, Département management et technologie, ESG UQAM
Membre du comité scientifique, Observatoire canadien sur les crises et l’aide humanitaire (OCCAH)
Membre, Chaire de responsabilité sociale et de développement durable

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !