Le Guatemala: cette paix qui n’en est pas une

No 03-07. Juillet 2003, 1 juillet 2003, François Audet

C’est en 1996 que furent signés les Accords de Paix entre le gouvernement du Guatemala et de l’Union Révolutionnaire Nationale Guatémaltèque (URNG). Ils permirent le retour de dizaines de milliers de personnes, principalement des autochtones, sur leur terre, lesquelles font, encore aujourd’hui, l’objet de fouilles intenses afin de découvrir les charniers des massacres perpétrés durant la guerre. Le conflit guatémaltèque, qui a duré 36 ans, a été l’un des plus violents jamais recensés, puisqu’il a fait plus de 200 000 victimes et environ 1,25 millions de déplacés et réfugiés. Résistants aux orientations conservatrices du gouvernement issu du coup d’État de 1954, des jeunes officiers de la gauche tentèrent sans succès, le 13 novembre 1960, de prendre le pouvoir. Deux mouvements de guérilla se formèrent alors, soit le MR 13, ou le « Mouvement révolutionnaire du 13 novembre », et les FAR, ou « Forces armées rebelles », qui affrontèrent le pouvoir pendant 36 ans. Utilisant une stratégie de contre-insurection, les militaires procédèrent, pendant les décennies 1970 et 1980, à de véritables massacres de la population civile, notamment des communautés autochtones, soupçonnées de complicité ou de sympathie avec les forces de la guérilla réunies au sein de l’URNG. En fait, plus de 669 massacres ont été recensés et plusieurs ont touché des communautés qui n’entretenaient aucun lien avec la guérilla1. L’armée était alors appuyée par un groupe de paramilitaire, les Patrulla de Autodefensa Civil 2 (PAC). (Suite dans le document joint)

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !