Les politiques d’aide au développement du Royaume-Uni

Par Josiane Loiselle-Boudreau, 10 décembre 2009

Le Royaume-Uni entretient depuis longtemps des relations avec des pays en développement, notamment avec les anciennes colonies de l’empire britannique réunies au sein du Commonwealth. Les politiques d’aide au développement du Royaume-Uni sont restées imprégnées de cet héritage historique. En effet, en 2003-2004, les deux tiers des vingt premiers bénéficiaires de l’Aide publique au développement (APD) bilatérale du Royaume-Uni étaient des membres du Commonwealth. D’un autre côté, la participation du Royaume-Uni comme membre permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, sa participation au groupe des huit pays les plus industrialisés (G8) et à l’Union européenne (UE) sont des facteurs qui ont incité le pays à diversifier ses intérêts et à intensifier son influence et ses responsabilités sur la scène internationale. La coopération pour le développement est ainsi devenue un élément déterminant du rôle du Royaume-Uni dans le monde. Le Royaume-Uni est aujourd’hui la cinquième économie en importance dans le monde derrière les États-Unis, le Japon, l’Allemagne et la France, avec un Produit intérieur brut (PIB) estimé à 2 667.2 milliards de USD pour l’année 2008. C’est aussi un des plus grands donateurs d’APD parmi les pays membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Pour l’année 2008, le Royaume-Uni se classe au troisième rang des pays donateurs membres du CAD, derrière les États-Unis et l’Allemagne. Selon les données préliminaires pour l’année 2008, l’APD du Royaume-Uni était de 11 409 millions de USD, ce qui représente près de 10% de l’APD totale allouée par l’ensemble des pays membres du CAD, qui était de 119 759 millions USD. Le Royaume-Uni est un chef de file au sein du CAD et son système d’aide au développement, qui a subi de grands changements au cours de la dernière décennie, est considéré comme un modèle. La réforme radicale entreprise en 1997 avec l’arrivée au pouvoir du gouvernement travailliste a par ailleurs encouragé par la suite celle de l’action humanitaire internationale. Le Department for International Development (DFID), l’agence nationale qui administre l’APD au Royaume-Uni depuis 1997, détient désormais un statut de ministère autonome au sein du gouvernement. L’APD totale octroyée par le Royaume-Uni est composée de l’aide versée par le DFID ainsi que de l’aide provenant des autres départements et organisations du gouvernement. En 2008, le programme d’aide du DFID a compté pour 86% des dépenses du Royaume-Uni pour le développement. Avant la création du DFID, l’APD relevait de l’Overseas Development Administration, un organisme qui était rattaché au ministère des Affaires étrangères (Foreign and Commonwealth Office (FCO)). De plus, depuis 2002, le Royaume-Uni s’est doté d’une loi sur l’aide publique au développement (APD) (International Development Act) qui définit clairement que l’objectif premier de la coopération pour le développement du Royaume-Uni est de lutter contre la pauvreté dans le monde, un objectif issu de la stratégie de partenariat pour le développement adoptée par les membres du CAD en 1996. Cet objectif se traduit en action non seulement par l’octroi d’APD, mais aussi par la promotion du développement en général. Enfin, les politiques publiques prioritaires du gouvernement britannique pour la période 2008-2011 ont été énoncées en 2007 dans 30 Public Service Agreements (PSA). Voir document joint pour le texte intégral

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !