Le FSM V: le mouvement citoyen mondial en pause

No 05-04. Février 2005, 7 février 2005, Dorval Brunelle

Les forums sociaux, et surtout les forums sociaux mondiaux, représentent sans doute l’un des évènements de grande envergure les plus innovateurs à avoir émergé au cours des dernières décennies1. Parvenir à rassembler, durant six jours, en un même lieu, plus de 155 0002 personnes autour d’un thème aussi ingrat que celui de la globalisation des marchés est une gageure qui ne serait venue à l’esprit de quiconque il y a cinq ans à peine. Il ne faut donc pas se surprendre si, à côté des inévitables mésententes, brouilles et autres méprises entourant la planification et l’organisation logistique d’un évènement de cette ampleur, on assiste depuis peu à des tentatives de plus en plus fortes et délibérées de la part de groupes, de partis, d’organisations, voire de chefs d’État, en vue de mettre la main sur un tel capital symbolique dans le but de faire avancer leur propre cause. D’ailleurs, ces tentatives n’émanent pas seulement des mouvances alter et anti mondialiste, ou de leaders politiques, elles viennent aussi du rival du FSM, le Forum économique mondial, qui en était cette année à sa trente-cinquième édition (FEM XXXV). Ce sont peut-être tous ces défis et toutes ces sollicitations qui peuvent expliquer que le FSM V ait pu apparaître, en définitive, comme un retour sur soi du mouvement citoyen mondial qui cherche encore et toujours un sens et une direction à son existence et à son action. Dans les lignes qui suivent, cinq thèmes seront successivement abordés : (i) l’organisation de l’évènement; (ii) les fissures au sein de la mouvance altermondialiste; (iii) les déclinaisons, c’est-à-dire la convocation parallèle de neuf autres forums tenus en même temps que le FSM; (iv) l’enjeu politique et, enfin, (v) le rapport au FEM XXXV. La conclusion cherchera à dégager quelques pistes de réflexion sur l’avenir du FSM. (Suite dans le document joint)

Documents joints

Partenaires

Banque Scotia Ministère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !