What is behind the search for social acceptability of mining projects? Political economy and legal perspectives on Canadian mineral extraction

31 octobre 2017, Bonnie Campbell, Marie-Claude Prémont

Bonnie Campbell and Marie-Claude Prémont From the dual disciplinary perspective of law and political economy, this papers draws on a select literature to identify (1) two characteristics of Canadian mining rights and regulations which may generate social dissatisfaction; (2) the two main techniques currently implemented in order to answer social demands, including those of indigenous peoples and communities and (3) three important governance transformations” emerging from these phenomena. It concludes with a number of lessons. In spite of the ongoing and recent efforts to reform the mining regime in certain provinces or territories, mining rights and regulations in Canada are still based on the free mining principle where mining is paramount to any other activity, be it social or economic. Efforts to respond to dissatisfaction over extraction projects and social demand for changes have focused on strengthening negotiated local economic benefits and a quest for local support in order to ensure the social acceptability of projects in the sector. These phenomena lead to three major ongoing governance transformations: the regulatory stalemate in spite of the need for reform; ongoing shifts in multi-level governance; and the devolution of responsibilities to the private sector. In the context of the stronghold of the free mining principle and negotiated agreements, the focus on social acceptability takes for granted or even reinforces the withdrawal and selective absence of public authorities and overlooks their possible roles and responsibilities. Voici, en pièce jointe, le document intégral campbell_premont_mineral_economics_october_2017-2.pdf

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !