Vers HongKong : Les enjeux de la sixième ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce

No 05-41. Décembre 2005, 5 décembre 2005, Mehdi Abbas

Du 13 au 18 décembre 2005 se tiendra la sixième conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à HongKong. Cette conférence célèbre l’anniversaire des dix ans de l’OMC et aurait dû marquer la fin de l’Agenda de Doha pour le développement (ADD). Une conférence ministérielle est, du point de vue du modus operandi de l’OMC, un moment clé. En effet, l’OMC appartient à ses membres. Les pays prennent les décisions au sein de différents conseils et comités, composés de représentants de tous les membres. L’organe suprême est la Conférence ministérielle qui doit se réunir au moins tous les deux ans. La Conférence ministérielle est habilitée à prendre des décisions sur toutes les questions relevant de tout accord commercial multilatéral. Elle fixe la « feuille de route » à laquelle devront se tenir les États Membres [Cf. encadré 1]. Celle de HongKong devait re-légitimer l’institution, constituer une « victoire » pour le multilatéralisme et une relance de la coopération Nord-Sud. Dès lors, ni l’OMC et son nouveau Directeur général, le Français Pascal Lamy, ni la communauté des États Membres ne peuvent se permettre un énième insuccès à HongKong1. Pourtant, il a été décidé que l’année 2006 constituerait une perspective plus réaliste pour l’achèvement des négociations. La proposition d’une conférence ministérielle bis est même à l’ordre du jour car il semble que la conclusion des deux tiers des négociations, objectifs de Pascal Lamy, ne soit plus possible. Aussi est-il nécessaire de saisir l’importance de la prochaine conférence en abordant les positions des principaux acteurs sur les thématiques structurantes du cycle pour le développement. Il convient également de mettre en perspective l’évolution de ce cycle de négociation depuis son lancement en 2001 à Doha (Qatar). L’issue la plus vraisemblable est la suivante : la ministérielle de HongKong marquera un nouvel épisode – le dernier ? – dans la crise du multilatéralisme. Cette chronique se propose de fournir quelques clés nécessaires à la compréhension des enjeux et perspectives de cette ministérielle. (Suite dans le document pdf)

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !