Un monde sous perfusion métallique (4/4) Multinationales versus États : à qui revient la rente ?

Cultures monde, février 2018, 7 février 2018, Bonnie Campbell

Une femme trie la terre remplie de cobalt extraite de la mine de Lubumbashi, en République Démocratique du Congo• Crédits : FEDERICO SCOPPA - AFP

Cuivre, or, cobalt, zinc… le Congo – Kinshasa est une mine à ciel ouvert mais cette richesse des sols profite rarement à la population congolaise malgré les réformes du code minier. Alors, entre multinationales, Etats et population, comment se répartissent les bénéfices de l’extraction ?

En République démocratique du Congo, le sol est riche de ressources minières : or, cuivre, cobalt, étain, argent, manganèse, plomb, zinc, coltan. La liste des précieux minerais est longue, et pourtant, à en croire l’indice de développement du pays classé 176e sur 187 par le programme de développement des Nations-Unis en 2016, cette richesse ne profite guère à la population congolaise.

Entre multinationales prédatrices, entreprises publiques douteuses, contrats louches et corruption politique, le secteur minier fuit de toutes parts.

Alors que la colère gronde dans le pays et que les manifestants réclament le départ du président Joseph Kabila au pouvoir depuis 17 ans, alors que le code minier fait l’objet d’une tentative de réforme, les ressources naturelles du pays s’imposent comme le premier outil du développement, un outil largement confisqué par le pouvoir.

Alors comment s’organisent le secteur minier et sa fiscalité ? Comment se répartissent ces revenus au sein de l’Etat ? Comment pourrait-on assurer une répartition plus juste des revenus du sous-sol ?

Pour l’intégralité de l’entrevue, cliquez ici

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !