Accueil
Accueil CEIM / Accueil GGT / Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) / ENTRE EMBELLIE ET EMBOLIE : le conjoncturel local ne doit pas cacher le (...)

ENTRE EMBELLIE ET EMBOLIE : le conjoncturel local ne doit pas cacher le structurel global

N°30, Avril 2015 , par Henri Regnault

Résumé

Youpi !!! La crise est finie, c’est la reprise, c’est l’embellie ! Faut le dire vite pour y croire, et surtout ne pas ouvrir le placard de l’emploi, pas non plus celui de la dette…La fiction de la soutenabilité de la dette ne peut être maintenue que par des taux d’intérêt très faibles ou nuls. Or un système financier sain, organisant rationnellement les préférences entre le présent et le futur, n’est pas compatible avec une politique de taux zéro : sinon c’est l’embolie. Il va donc falloir sortir de cette politique… et ça va faire très mal, partout et à tous les niveaux.

Bonne lecture.

P.-S.

1. Des embellies conjoncturelles localisées, fragiles et ambigües, p. 3
2. La grosse dette qui monte…qui monte…qui monte ! p. 8
3. Aimez-vous la ZIRP, préférez-vous la NIRP, ou la PIRP ? p.10
4. Vers l’embolie structurelle globale ? p.13
5. Et mes sous dans tout ça : on achève bien les rentiers ! p.17


Mots-clés

EuropeLa crise

Partager

Partager sur Facebook  
Gouvernance Globale du Travail (GGT) ggt @uqam.ca Plan du site Haut Haut
Université du Québec à Montréal (UQAM)    Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)    Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)    CANADA    Ressources humaines et Développement social Canada    Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)