Accueil
Accueil CEIM / Accueil GGT / Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) / Et s’il était temps d’envisager que nous ne rembourserons pas toute la dette (...)

Et s’il était temps d’envisager que nous ne rembourserons pas toute la dette ?

Atlantico , par Henri Regnault

Tiraillée entre approche keynésienne et doctrine libérale, l’Europe ne sait pas sur quel pied danser. Le pragmatisme et la realpolitik doivent l’emporter sur les vieux clivages d’économistes. Première étape : reconnaître un défaut de paiement raisonné de la dette européenne.

La situation économique mondiale créée par le surendettement des Etats est inextricable. Il n’y a pas d’issue dans le cadre des routines économiques dominantes, entre une approche conjoncturelle keynésienne inadaptée à un blocage structurel de surendettement (public et privé) et un moralisme ordo-libéral à l’allemande à l’opposé de la realpolitik indispensable. Loin de ces références d’une autre période, nous avons besoin d’une stratégie pragmatique de sortie d’une situation qui stérilise les potentiels de croissance et qui ne peut nous conduire qu’au pire, dont les émeutes britanniques n’ont été qu’un avant-goût.

Pour lire la suite de Et s’il était temps d’envisager que nous ne rembourserons pas toute la dette ?, cliquer ici.

Partager

Partager sur Facebook  
Gouvernance Globale du Travail (GGT) ggt @uqam.ca Plan du site Haut Haut
Université du Québec à Montréal (UQAM)    Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)    Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)    CANADA    Ressources humaines et Développement social Canada    Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)