Accueil
Accueil CEIM / Accueil GGT / Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques / Les facteurs internes d’instabilité politique en Asie centrale

Les facteurs internes d’instabilité politique en Asie centrale

Survol stratégique , par Jean-François Gagné

À la suite de la dissolution de l’Union soviétique,
les gouvernements des États nouvellement indépendants d’Asie centrale - Kazakhstan, Ouzbékistan, Turkménistan, Kirghizistan et Tadjikistan - ont entamé la transition d’une
économie planifiée vers une économie de marché et créé de nouvelles institutions nationales afin de renforcer leur autonomie décisionnelle. Ils ont adopté des modèles de développement national divergents pourtant fondés sur la même rhétorique : stabilité politique et croissance économique. Des facteurs internes d’instabilité politique ont toutefois enrayé ces desseins : tant l’accroissement de la violence politique que la précarité de la situation économique de ces États constituent autant d’obstacles à leur essor.

Partager

Partager sur Facebook  
Gouvernance Globale du Travail (GGT) ggt @uqam.ca Plan du site Haut Haut
Université du Québec à Montréal (UQAM)    Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)    Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)    CANADA    Ressources humaines et Développement social Canada    Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)