Accueil
Accueil CEIM / Accueil GGT / Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) / Modèles d’organisation et de collaboration à l’ère numérique

Modèles d’organisation et de collaboration à l’ère numérique

60 | 2018 , par Revue Interventions Économiques

Revue Interventions économiques

Modèles d’organisation et de collaboration à l’ère du numérique

Sous la direction de Diane-Gabrielle Tremblay et Amina Yagoubi

La société occidentale contemporaine, marquée par la globalisation des marchés, des incertitudes socioéconomiques et des risques de ruptures, ainsi que des transformations technologiques majeures, « entre en crise et amorce sa période de transition » (Fournier, Hamel et Lecavallier, 2010 : 491). Parmi les changements qui ont participé à transformer définitivement l’encadrement des activités industrielles, mentionnons d’abord le développement des accords de libre-échange à l’échelle internationale, les importations des pays dits à bas salaires et la délocalisation du travail manufacturier. On constate d’ailleurs que nombre d’industries manufacturières finissent par devenir, en partie, des industries de services (CRHIV, 2011). Deux grandes tendances (Bernatchez, 2016) ressortent de cette situation ; c’est d’une part le juste à temps visant à produire rapidement en réponse aux demandes du marché et des consommateurs et d’autre part, le recours à une technologie adaptative qui pousse à développer rapidement un prototype et à innover (Bernatchez, 2016). De plus, au Québec comme ailleurs, dans une économie du savoir, on remarque que les valeurs de la créativité et de l’innovation sont en forte demande et on recherche de plus en plus des personnes capables d’intégrer systématiquement ces valeurs dans de nouveaux modèles d’affaires, ce qui permettrait de faire face à la concurrence (Yagoubi, Tremblay, 2017a).

L’ensemble des articles inclus ici permettent donc d’interroger les développements associés au développement technologique, notamment aux plateformes numériques. Ils éclairent à la fois les côtés positifs, en lien avec le coworking surtout, et les développements parfois négatifs, surtout en lien avec l’ubérisation. Pour le moment, l’issue de ces changements n’est pas déterminée, et il convient justement de s’interroger sur les évolutions en cours, pour tenter de baliser les développements et tenter de limiter les dégâts, en termes de conditions de travail notamment.

Pour en savoir plus https://journals.openedition.org/in...

Documents joints

Partager

Partager sur Facebook  
Gouvernance Globale du Travail (GGT) ggt @uqam.ca Plan du site Haut Haut
Université du Québec à Montréal (UQAM)    Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)    Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM)    CANADA    Ressources humaines et Développement social Canada    Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)