> >

Changements et continuités dans le système politique colombien : Haciendas et violences

Par Olivier Plamondon


Cet État qui n’a pas le monopole de la violence légitime, qui est loin d’avoir le contrôle sur son territoire, qui connaît une violence endémique illustrée par le plus haut taux d’homicide au monde dans les années 901, et qui a un déficit historique au niveau des réformes sociales, certains le qualifieraient de « failed-state ». En effet, ce concept plutôt flexible et critiquable de l’administration états-unienne renvoie aux difficultés d’analyser des dynamiques politiques et sociales qui sont caractéristiques d’une situation unique au monde, celle de la Colombie. Néanmoins, c’est justement ce contexte unique, et surtout cette violence devenue interaction sociale qui pousse l’analyste à chercher des clés qui permettent de comprendre certaines dynamiques et d’éclairer un tant soit peut ladite conjoncture.

(suite dans le document joint)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin