> >

Les Amériques de mai à octobre 1999

Avec la collaboration de Claude Despatie


- Mercosur : le Brésil en anti-star

La dévaluation du real en janvier dernier et ses répercussions économiques et politiques continuent de mettre le Mercosur à dure épreuve. Si la crise monétaire a eu pour effet de relancer le débat sur la dollarisation, le Brésil, dont l’économie semble traverser la crise beaucoup mieux que la plupart des observateurs l’avaient anticipé, a saisi l’occasionau bond pour rouvrir un autre dossier : celui de la monnaie unique au sein du Marché commun du cône sud (Mercosur), voire de l’Amérique latine dans son ensemble. Une rencontre présidentielle des six pays-membres et associés du Mercosur pendant la troisième semaine de juin a permis la signature d’un accord qualifié de "Maastricht d’Amérique latine". L’accord souligne la nécessité d’une plus grande coordination des politiques économiques (déficit budgétaire , taux d’inflation, déficit au compte courant, dette publique, etc.) et ce, dans la perspective de passer plus rapidement au marché commun et, éventuellement, à une union monétaire à l’européenne. À l’appui de sa proposition (encore officieuse), le Brésil évoque l’argument qu’une unification monétaire latino-américaine permettrait de niveler les dynamiques économiques respectives et de diluer l’impact d’une crise particulière sur l’ensemble de la région. Autre avantage : une monnaie unique empêcherait les manipulations monétaires à des fins protectionnistes ou de promotion commerciale, voire financières. Le cas spécifique de l’Argentine, qui a adopté un système de taux de change fixe amarré au dollar US sans avoir au préalable consulté ses partenaires du Mercosur, est ici cité en contre-exemple. La rigidité du peso n’a pas laissé l’Argentine cette marge de manoeuvre qui lui aurait permis de réajuster les changes et d’amortir ainsi l’impact de la dévaluation du real ; elle a eu en outre des conséquences défavorables sur son commerce extérieur.

(Suite dans le document joint)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin