> >

Cinquième conférence ministérielle de l’OMC à Cancùn : Le multilatéralisme sur la corde raide

No 03-13. Septembre 2003


Le Président du Mexique, M. Vicente Fox, n’a pas eu le temps de commencer à recevoir les dignitaires convoqués du 10 au 14 septembre à la cinquième conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Cancún, une station balnéaire située le long de la côte caribéenne du Mexique que, déjà, un sentiment de scepticisme généralisé planait sur cette réunion tant attendue et souvent qualifiée de celle de la « dernière chance » pour le cycle de Doha.

Amorcé sur un fond de protestation sociale et d’un antagonisme revigoré entre les pays du Nord et ceux du Sud, la rencontre qui réunissait les ministres du Commerce des 148 pays membres de l’Organisation (le Cambodge et le Népal étant les deux nouveaux membres admis) avait pour objectif principal d’aplanir les profondes différences de vue entre les parties sur certains dossiers en litige, notamment celui relatif aux subventions agricoles, en vue de rencontrer l’échéancier du 1er janvier 2005.

C’est en novembre 2001, deux ans après l’échec de la troisième conférence de l’OMC que les 142 ministres du Commerce avaient convenu de lancer une nouvelle ronde de négociations multilatérales. À cette occasion, on voulait tirer les enseignements de l’échec de Seattle et prêter une oreille plus attentive aux préoccupations venant des pays émergents et en développement, lesquels avaient accepté auparavant maintes concessions en matière de commerce de biens manufacturés et de droits de propriété intellectuelle, pour ne citer que celles-là. Un consensus émergera autour de l’Agenda de développement de Doha visant à favoriser l’intégration des pays en développement dans le système commercial. Pour ce faire, le processus de négociation de Doha envisageait de mettre en place « un ensemble de modalités » ou règles de base devaient être adoptées par les parties avant d’entamer des négociations plus substantielles et approfondies.

(Suite dans le document joint)

Partager sur :

Dernières publications

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin