> >

La transition brésilienne dans tous ses états : analyse des enjeux économiques, politiques et sociaux

Jeudi 23 novembre 2017, dès 14h15, salle A-1715, Pavillon Hubert-Aquin (UQAM)


Le but de cet atelier d’études est de discuter de la politique économique et sociale des treize années de l’ère Lulo-petiste au Brésil et, en même temps, d’explorer les contours des politiques économiques et sociales mises en place dans le cadre de la transition post-Lula.

En effet, depuis la transition politique entamée en mai 2016, il se manifeste une évidente transformation du paysage socio-économique brésilien. Les données disponibles montrent qu’au début de mars 2017 le taux de chômage se situait à 13,7% de la population, comparé à 10,9% en mars 2016. Quant à l’indice de Gini, il a atteint 0,522 en 2016, contre 0,514 en 2015. Le Produit intérieur Brut a chuté de 7% en deux ans. Au moins 10 pour cent des personnes ayant sorti de la pauvreté au cours de la dernière décennie se sont appauvries de nouveau sous l’effet de la conjoncture.

Parallèlement, cette situation s’accompagne d’une période de grande recomposition politique marquée par un regain de turbulence et d’incertitude en prévision des élections présidentielles de 2018. Les échanges et discussions se dérouleront autour des trois grands thèmes et enjeux suivants : le changement de cap de la politique macro-économique, l’état des politiques et programmes de lutte contre les inégalités et la pauvreté et l’analyse de la conjoncture politique post-impeachment.

Partager sur :

Nous joindre

Adresse postale
Observatoire de l’Asie de l’Est
Département de science politique
Université du Québec à Montréal
CP 8888, succursale Centre-Ville
Montréal (Québec) H3C 3P8 CANADA

Téléphone : 514 987-3000, poste 2296
Télécopieur : 514 987-0397
oae@uqam.ca

Présentation

L’Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE), établi en 2013 par le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) à l’Université du Québec à Montréal, a comme mission d’observer, de présenter et d’analyser l’économie politique, la géopolitique, la géo-économie et les questions de sécurité de cette région, c’est-à-dire les deux Corées, la Chine, Taïwan, le Japon ainsi que les onze pays d’Asie du Sud-Est, en lien avec la mondialisation, les processus d’intégration régionale et leurs modèles de gouvernance et de régulation.

Abonnez-vous au bulletin