Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Anna Rahel Fischer

Biographie

Anna Rahel Fischer a étudié les sciences politiques, les études des droits humains et le droit, avec une spécialisation en droit international et en droit international humanitaire (DIH) à Sciences Po Paris (France), à l’université de Columbia (États-Unis) et à l’université de Leiden (Pays-Bas). Ces dernières années, elle a travaillé dans le domaine du droit des droits humains et mené des recherches sur les processus de justice transitionnelle avec, entre autres, le Centre pour la Justice et le Droit International (Brésil), le Museo de la Memoria y los Derechos Humanos (Chili), le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits humains (Allemagne), le Centre pour les droits constitutionnels (États-Unis) et le Centre international de droit humanitaire de Diakonia à Jérusalem. Plus récemment, elle a soutenu le secrétariat du Groupe de Travail sur les Disparitions Forcées ou Involontaires au Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH). Ses travaux ont porté sur la responsabilité des entreprises en cas de violation du droit international humanitaire et du droit international des droits humains, le droit à l’eau, la responsabilité des États tiers, le recours excessif à la force et le droit international humanitaire applicable, les expulsions sommaires de migrants aux frontières extérieures de l’Union européenne et les disparitions forcées, en particulier dans le contexte des migrations.

À la lumière de la crise actuelle des disparitions massives de migrants résultant d’actes et d’omissions d’agents de l’État et de réseaux criminels, ainsi que de l’externalisation et de la sécurisation des frontières et des politiques connexes, la recherche menée sous la supervision du professeur Bernard Duhaime et facilitée par l’IEIM porte sur les obligations des États en termes d’évaluation des risques et de normes de diligence raisonnable pour la disparition (forcée) des migrants. Compte tenu de l’échec de la prévention et de l’impunité systématique en termes d’enquêtes efficaces sur les cas de disparition forcée et de poursuite des responsables dans le contexte de la migration, l’étude analysera le concept d’acquiescement tel que développé dans la jurisprudence de la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) et de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). L’analyse de ces obligations est essentielle en raison du flou fréquent entre les limites des pratiques facultatives recommandées des États et les obligations étatiques juridiquement contraignantes consacrées par les traités et le droit coutumier, dont certaines ont acquis le statut de jus cogens, dans le contexte des disparitions de migrants, y compris les disparitions forcées.


Anna Rahel Fischer studied political science, human rights studies and law, specialising in international law and international humanitarian law (IHL) at Sciences Po Paris (France), Columbia University (USA) and Leiden University (Netherlands). In recent years, she worked in the field of human rights law and conducted research on transitional justice processes with, among others, the Center for Justice and International Law (Brazil), the Museo de la Memoria y los Derechos Humanos (Chile), the European Center for Constitutional and Human Rights (Germany), the Center for Constitutional Rights (USA), and the Diakonia International Humanitarian Law Centre in Jerusalem. Most recently, she provided support to the Secretariat of the Working Group on Enforced or Involuntary Disappearances at the Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights (OHCHR). Her work has addressed corporate responsibility in relation to violations of international humanitarian law and international human rights law, the right to water, third state responsibility, excessive use of force and applicable international humanitarian law, summary expulsions of migrants at the external borders of the European Union, and enforced disappearances, particularly in the context of migration.

In light of the current crisis of mass disappearances of migrants as a result of acts and omissions by state agents and criminal networks, as well as the externalisation and securisation of borders and related policies, the research conducted under the supervision of Professor Bernard Duhaime and facilitated by the IEIM revolves around state obligations relating to risk assessment and due diligence standards for the (enforced) disappearance of migrants. Given the reported failure of prevention and systematic impunity in terms of effectively investigating cases of enforced disappearance and prosecuting those responsible in the context of migration, the study will analyse the concept of acquiescence as developed in the jurisprudence of the Inter-American Court of Human Rights (IACHR) and the European Court of Human Rights (ECtHR). The analysis of these obligations is essential because of the frequent blurring between the boundaries of recommended optional practices of states with legally binding state obligations enshrined in treaty and customary law, some of which have acquired jus cogens status, in the context of migrant disappearances, including enforced disappearances.

Recherche et expertise

- Responsabilité des entreprises en cas de violation du droit international humanitaire et du droit international des droits humains ;
- Le droit à l’eau ;
- La responsabilité des États tiers ;
- Le recours excessif à la force et le droit international humanitaire applicable ;
- Les expulsions sommaires de migrants aux frontières extérieures de l’Union européenne et les disparitions forcées, en particulier dans le contexte des migrations.


- Corporate Responsibility for Violations of International Humanitarian Law and International Human Rights Law ;
- The right to water ;
- The responsibility of third States ;
- The excessive use of force and applicable international humanitarian law ;
- Summary expulsions of migrants at the external borders of the European Union and enforced disappearances, in particular in the context of migration.

Chercheuse associée

Institut d’études internationales de Montréal



Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)