Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Séminaires et conférences | Audios

La Chine en transition énergétique : un virage vers les énergies renouvelables ?

Jeudi 18 septembre 2014 de 12h30 à 14h, UQAM

Local A-1715, pav. Hubert-Aquin, 400 rue Ste-Catherine Est, UQAM, Métro Berri-UQAM

La modernisation de la Chine depuis la fin des années 1970 a été un vaste processus d’industrialisation et d’urbanisation. En trente ans, avec un taux de croissance annuelle de 9 % en moyenne, le pays a atteint un développement économique sans précédent. Cependant, cette croissance a eu ses inconvénients : usage intensif des ressources naturelles, des consommations d’énergie démesurées, pollution des sols, de l’air et de l’eau. Depuis le milieu des années 2000, Pékin a lancé plusieurs politiques et des chantiers législatifs environnementaux volontaristes intégrant progressivement la question de la durabilité dans ses exigences de croissance. Le principal objectif de ces nouvelles politiques est de transformer le système énergétique du modèle économique chinois en développant des énergies non fossiles ou peu carbonées et en réduisant la dépendance de la Chine aux énergies fossiles, tout en maintenant un taux de croissance économique élevé. Cette présentation se propose d’analyser la stratégie de la transition énergétique de Pékin et son application en évoquant les différentes dimensions du récent virage énergétique chinois (éolien, solaire, etc.) sous l’angle des enjeux et conséquences géopolitiques de ces choix.

Sinologue et professeure d’Histoire de la Chine à l’Université de Québec à Montréal, Olga V. Alexeeva est titulaire d’un doctorat en études chinoises de l’Université Diderot-Paris VII (France), ainsi que d’un diplôme en langue et culture chinoise de l’Université de Tianjin (RPC). Elle est l’auteure de plusieurs articles sur les différents aspects de la géopolitique et des relations internationales de la Chine. Liste des publications >>

D'autres activités

Appel à communications | VigieAfriques | Cap-Afriques GRAAL

Appel à propositions pour numéro spécial Vigie-Afriques avril 2021

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Date limite : 3 mars 2021

Séminaires et conférences | Conférence en ligne

Borders in multiscalar, pluridisciplinary perspectives

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

Mercredi 3 mars 2021, dès 12h30, en ligne


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)