Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Séminaires et conférences

Les élections présidentielles au Brésil

Mardi 5 octobre 2010, à 12h30, local J-1060, pavillon Judith-Jasmin, UQAM, métro Berri-UQAM

Organisé par Le Centre d’études et de recherches sur le Brésil-CERB

Pablo Gabriel Ferreira, Chercheur associé au CEIM

Le 3 octobre prochain, les citoyens brésiliens décideront qui sera leur nouveau président. Après huit ans au pouvoir, le président brésilien Luiz Inácio « Lula » da Silva quittera le poste présidentiel avec une popularité jamais vue dans le pays. Selon les derniers sondages, 76 % des Brésiliens jugent l’administration Lula « bonne ou excellente ». En effet, pour la première fois depuis le retour de la démocratie au Brésil, le nom de Lula ne paraîtra pas sur l’appareil de votation. Cette fois-ci, le scrutin se passera notamment entre Dilma Rousseff, la candidate du Parti des Travailleurs (PT), dont Lula fut le fondateur, et José Serra, du Parti de la Sociale Démocratie brésilienne (PSDB). Les autres candidats, dont Marina da Silva, du Parti Vert (PV), ne sont pas expressifs du point de vue électoral. Les élections de cette année mettent en évidence deux projets nationaux distincts, à savoir, celui du PT et celui du PSDB. Quelles seraient, dans ce cadre, les conséquences pour l’actuelle politique étrangère brésilienne ?

D'autres activités

Séminaires et conférences | Dans le cadre du cours de la professeure Ndeye Dieynaba Ndiaye, directrice de l’OMIRAS

Conférence de Me Denise Otis, Cheffe de bureau et conseillère juridique au HCR à Montréal

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Faculté de science politique et de droit | UQAM Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS)

Lundi 8 mars 2021, dès 14h, en ligne

Appel à communications | VigieAfriques | Cap-Afriques GRAAL

Appel à propositions pour numéro spécial Vigie-Afriques avril 2021

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Date limite : 3 mars 2021


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)