Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

« Marcher contre le vent » : échec du mouvement pour l’indépendance à Taiwan

5 avril 2008

Le résultat de l’élection présidentielle qui s’est tenue le 22 mars dernier à Taiwan (ou plus exactement en République de Chine, la dénomination officielle stipulée dans l’actuelle Constitution) marque un net pas en arrière pour le mouvement indépendantiste. Le parti nationaliste chinois (ou Kuomintang, le KMT), dirigé par Ma Yingjeou l’a emporté face au parti Taiwanais favorable à l’indépendance (le Democratic Progressive Party, DDP) et son candidat Frank Hsieh, creusant un écart de 17%, soit environ 2,2 million de votes sur un total 13 millions.

À Taiwan, le Kuomintang a gouverné de 1945 à 2000. Il était discrédité comme un « pouvoir étranger », et même un « pouvoir colonial » dans le sillon de l’écrasement de l’insurrection des rebelles taiwanais en février 1947, et de la « terreur blanche » (vastes persécutions de dissidents suspectés de liens avec le communisme) au début des années 1970, et pour l’ensemble des mesures autoritaires prises entre 1949 et 1987. Mais le Kuomintang a aussi été cité en exemple pour le succès économique et la modernisation dont il a été le moteur depuis la fin des années soixante. Contraint de s’adapter, le KMT s’est partagé en plusieurs partis politiques au cours des années 1990, avec des dissensions internes à mesure que le pays avançait vers la démocratisation.

[Suite dans le document joint]

Écrit par

D'autres publications

Balado | Frédérick Gagnon et Mylène de Repentigny-Corbeil

La vaccination aux États-Unis & la série turque Ethos

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

La Balado de la Chaire, 4 mars 2021

Dossiers d’actualité | Jessy Benoit est doctorant en science politique à l’UQAM et chercheur émergent au RAS

Vers un apaisement des tensions entre les États-Unis et la Turquie ?

Réseau d’analyse stratégique (RAS)

Points chauds, Réseau d’analyse stratégique, 4 mars 2021, 4 mars 2021


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)