Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Regards de l’IEIM

Peut-on réécrire l’Histoire ? Réflexions sociopolitiques autour de la littérature des femmes africaines et antillaises

Ce document a été rédigé par Paola Ouédraogo, candidate au doctorat en études littéraires à l’UQAM et lauréate d’une Bourse Banque Scotia-IEIM 2021, 6 septembre 2021

Dans le cadre de la série Regards de l’IEIM, nous avons le plaisir de vous proposer un texte intitulé « Peut-on réécrire l’Histoire ? Réflexions sociopolitiques autour de la littérature des femmes africaines et antillaises ». Le texte invite notamment à élargir la réflexion sur la manière dont la littérature, parallèlement aux sciences sociales, peut nous aider à appréhender le phénomène de mise sous silence de l’apport des femmes noires dans les événements historiques.

Extraits :

Le cas de Kamala Harris, qui constitue l’exception plus que la norme, nous invite à tourner notre regard vers ces autres femmes noires, racisées, qui ont à leur manière participé à l’Histoire mondiale, sans pour autant y entrer.

L’invisibilisation quasi-systématique des femmes noires et de leur apport historique pose un problème d’ordre social, politique et épistémologique.

Et, sans surprise, les femmes reprennent à leur compte cette mission, à la fois pour inscrire leur place minorée dans les événements historiques majeurs ayant façonné le continent comme ses diasporas, et pour penser ces héritages historiques en contexte contemporain.

Cette littérature des femmes nous invite plus largement à penser la mise en relation violente des espaces anciennement colonisés (Afrique, Antilles, Asie, etc.) et les conséquences de celles-ci en contexte de mondialité.

Découvrez le texte complet en pièce jointe.

Autrice

Paola Ouédraogo est candidate au doctorat en études littéraires à l’UQAM, qu’elle effectue sous la direction d’Isaac Bazié du Laboratoire des Afriques innovantes (LAFI). Elle est également récipiendaire d’une Bourse d’excellence Banque Scotia-IEIM 2021.

Consultez son portrait publié en avril 2021 sur le site de l’IEIM.

Mots-clés

D'autres publications

Dossiers d’actualité | Spécial Environnement

Nouveau numéro du Magazine Sans Frontières

Novembre 2021-mai 2022, 29 novembre 2021

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

La rencontre a eu lieu le 25 novembre 2021, en ligne, 29 novembre 2021


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)