Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

VigieAfriques

La « gouvernance partagée » : une réponse au modèle pyramidal africain

Volume 3, numéro 1, mars 2020, 6 avril 2020

Résumé analytique

Sociocratie, gouvernance multi-niveaux, démocratie délibérative et réflexive, rapports centre-périphérie, partenariats public-privé (PPP), sont autant de notions qui résonnent lorsque l’on aborde la « gouvernance partagée ». Ce concept est au cœur de la construction et la poursuite de l’intérêt général, un enjeu important non seulement pour l’État en Afrique, mais aussi pour la gestion publique dans ce continent. Considéré comme « nouvelle gouvernance publique », la gouvernance partagée cherche à dépasser la limite de la hiérarchie et celle du marché, en faisant appel à une pluralité d’acteurs pour lesquels la mobilisation passe avant tout par la nécessaire réciprocité et l’indispensable solidarité (Côté et Lévesque, 2009 : 54).
Aborder la gouvernance partagée dans le contexte africain vise à interroger la pertinence de l’État en Afrique et les trajectoires de ce dernier, du point de vue des logiques inclusive et participative.
C’est le sens des contributions du présent numéro du VigieAfriques, qui portent la signature de chercheurs issus des Universités de Yaoundé II, de Ngaoundéré, de Douala et de l’Alberta.

Appel à la contribution

VigieAfrique est à la recherche de collaborateur pour le numéro de Juillet 2020. Suivre les instructions sur le document à cet effet.

Mots-clés

D'autres publications

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Échéance : printemps 2021, 8 mars 2021

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) LATICCE

Présence, visibilité et recommandation des propositions culturelles en ligne : La musique et (...), 8 mars 2021, par Michèle Rioux


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)