Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Séminaires et conférences | Conférence-midi

La théorie critique et l’analyse économique en droit (du travail)

Jeudi 23 janvier 2020 de 12h30 à 14h, salle W-2235, pavillon Thérèse-Casgrain (UQAM)

La théorie critique et l’analyse économique en droit (du travail)
Conférence-midi : La théorie critique et l’analyse économique en droit (du travail)

Conférence de Pascal McDougall

Jeudi, le 23 janvier 2020, 12h30 - 14h00

Local W-2235

Résumé

La théorie critique et l’analyse économique en droit (du travail) Quelle forme devrait prendre la critique du libéralisme économique et politique ? Cette question préoccupe depuis longtemps les juristes travaillistes et les penseurs de gauche. La critique du libéralisme s’est parfois déployée sous la bannière de l’« institutionnalisme juridique », un courant de pensée dont la principale figure de proue contemporaine fut Robert Hale et qui trouve ses racines dans l’économie politique de David Ricardo et Karl Marx. Les tenants de l’institutionnalisme juridique ont avancé que le droit est le principal déterminant du pouvoir de négociation économique inégal.

L’analyse économique institutionnaliste de Robert Hale a récemment été développée par plusieurs auteurs comme Kerry Rittich, Karl Klare, Mark Kelman et Duncan Kennedy. En revanche, ces auteurs n’ont à ce jour pas complètement remplacé l’analyse libérale d’un équilibre unique entre courbes d’offre et de demande désignant une allocation efficiente des ressources. Dans le but d’achever ce remplacement, Pascal McDougall présentera un nouveau modèle institutionnaliste comportant des équilibres multiples, qui peuvent être atteints par une reconfiguration des règles du droit privé ou encore par la négociation collective de type syndical. Selon ce modèle, la négociation collective n’est pas nécessairement inefficiente ; elle permet simplement de redistribuer les richesses et d’atteindre un des nombreux équilibres de marché possibles.

Cette analyse économique critique posée, il s’agira d’en tirer les conséquences pour la théorie du droit et la philosophie politique. Un cadre normatif d’égalitarisme radical sera proposé et comparé à diverses approches ayant été prisées par les juristes travaillistes et les progressistes depuis l’ère moderne. Il sera brièvement question du marxisme, des théories fonctionnalistes inspirées de la sociologie, ainsi que des « libéralismes égalitaires » développés par John Rawls, Amartya Sen et Ronald Dworkin. Il sera avancé que l’institutionnalisme juridique est plus utile que ces théories pour confronter les problématiques morales et politiques posées par les structures économiques contemporaines, y compris en ce qui concerne les rapports entre travail et capital.

Bio

Pascal McDougall est doctorant à Harvard Law School depuis 2016, où il travaille sous la direction de Christine Desan et Duncan Kennedy. Ses travaux portent sur le droit du travail, le développement économique et les approches critiques de l’analyse économique du droit. Pascal détient une licence en droit de l’Université d’Ottawa (2011) et une maîtrise en droit de l’Université de Toronto (2013). Il a été auxiliaire juridique pour le juge Clément Gascon à la Cour suprême du Canada (2015-2016) et a œuvré au sein du service juridique de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à Montréal (2014). Il est membre de l’Association des juristes progressistes et du Barreau du Québec.

Pour plus d’information, veuillez consulter la page de l’événement.

Organisé par

D'autres activités

Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM)

Mercredi 19 février 2020 de 12h30 à 14h, salle A-1715, pavillon Hubert-Aquin (UQAM)

Séminaires et conférences | Conférence avec le professeur Maurice Kamto

Le droit international et la décolonisation inachevée

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Faculté de science politique et de droit | UQAM

Vendredi 7 février 2020 de 13h30 à 15h, salle R-M120, pavillon des Sciences de la gestion (UQAM)


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)