Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS) Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) Centre d’études sur le droit international et la mondialisation (CEDIM) Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité (CRIDAQ) Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Canada et du Québec (CIRRICQ) Chaire de recherche sur l’impact local des firmes multinationales (CRILFM) Chaire de recherche sur l’islam contemporain en Afrique de l’Ouest (ICAO) Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques Chaire UNESCO de Développement Curriculaire (CUDC) Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique Chaire UNESCO en communication  et technologies pour  le développement Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents Chercheur.e.s en responsabilité sociale et développement durable (CRSDD) Clinique internationale de défense des droits humains (CIDDHU) Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité (GCC) Laboratoire des Afriques Innovantes (LAFI) Observatoire canadien sur les crises et l’action humanitaires (OCCAH) Observatoire sur les migrations internationales, les réfugiés, les apatrides et l’asile (OMIRAS) Réseau d’analyse stratégique (RAS) Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) Calendier Audios et vidéos

Séminaires et conférences | CONFÉRENCE AVEC PIERRE-JEAN LUIZARD

Un nouveau Moyen-Orient ? É​tats arabes en crise entre logiques de division et sociétés civiles

Mercredi 3 mai 2017, de 12h à 14h, local DS-R520, pavillon J.-A. De Sève (UQAM)

Conférencier : Pierre-Jean Luizard, Directeur de recherche au CNRS, historien spécialiste du Moyen-Orient et du Proche-Orient, en particulier de l’Irak, de la Syrie et du Liban.

Les Printemps arabes ont partout entraîné l’affaiblissement de l’Etat. Dans certains pays où l’Etat est une création européenne récente, sous le régime des mandats (Irak, Syrie, Liban) ou d’une tutelle (Libye), cet affaiblissement de l’Etat est allé de pair avec une remise en cause tacite ou implicite de sa légitimité. L’Etat en place a été confronté à une multitude de revendications, confessionnelles et ethniques en dernier ressort, et à l’éclatement de son autorité en tant que centre et siège du pouvoir. L’Etat yéménite, qui est aussi remis en question, n’est pas, comme les Etats cités, une création coloniale. Il a résulté d’un consensus né en 1990 pour réunir sous un même Etat des régions qui n’avaient jamais vraiment vécu ensemble.

La faillite des Etats a laissé le champ grand ouvert à un nouvel acteur : la mouvance salafiste-djihadiste. Quiétiste et piétiste durant des décennies, en opposition aux « islamistes » prêts à jouer le jeu de la démocratie (élections libres, nouvelle constitution, système parlementaire), la mouvance salafiste a pris, dans la foulée des Printemps arabes, un virage à 180 C° qui l’a fait entrer de plein pied dans la politique. Le défi que les salafistes-djihadistes manifestent face aux Etats en place n’a pas abouti partout aux mêmes résultats : si, en Irak, le groupe Etat islamique, qui a proclamé le califat, a poursuivi une logique unitaire sunnite exclusiviste (le califat comme élément fédérateur des identités régionales au nom d’un sunnisme transnational), à l’image de Jabhat al-Nosra en Syrie, et d’Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA), en Libye, à partir du triomphe d’identités locales longtemps réprimées avec leur pluralité d’allégeances tribales et régionales, nous assistons à une fragmentation à l’infini de la société. Le succès de l’Etat islamique manifeste ce processus de délégitimation des Etats à la faveur de conflits confessionnels et/ou régionaux.

En comparant les processus de délitement de cinq Etats arabes (Irak, Syrie, Liban, Libye, Yémen), il est possible d’apporter un éclairage sur le mouvement d’ampleur régionale de remise en question du système étatique et frontalier moyen-oriental à laquelle l’Europe est aujourd’hui confrontée. Le recours à l’Histoire se révèle ici précieux pour comprendre les enjeux d’aujourd’hui.


D'autres activités

Appel à communications | VigieAfriques | Cap-Afriques GRAAL

Appel à propositions pour numéro spécial Vigie-Afriques avril 2021

Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)

Date limite : 3 mars 2021

Séminaires et conférences | Conférence en ligne

Borders in multiscalar, pluridisciplinary perspectives

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques

Mercredi 3 mars 2021, dès 12h30, en ligne


Partenaires

Banque Scotia MRI - Ministère des relations internationales Faculté de science politique et de droit Connexion internationale de Montréal Association canadienne pour les Nations Unies du Grand Montréal Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM)