Besoins humanitaires créés et exacerbés par la pandémie

Retour sur la comparution de François Audet au Comité permanent des Affaires étrangères et du développement international

L’événement a eu lieu le 1er décembre 2020

Le 1er décembre dernier, le directeur de l’IEIM, François Audet, également professeur à l’ESG et directeur de l’OCCAH, a été invité à prononcer une allocution devant le Comité permanent des Affaires étrangères et du développement international de la Chambre des communes du Canada. Cette comparution visait à donner au Comité l’occasion d’examiner l’intervention du gouvernement canadien et de la communauté internationale en réponse aux besoins humanitaires créés et exacerbés par la pandémie de COVID-19.

Pour cette présentation sur les conséquences de la pandémie sur les communautés marginalisées, François Audet a exposé 5 constats, suivis de 2 recommandations.

Résumé des constats

-Bien qu’il faille être encore prudent avec les tendances statistiques, la pandémie semble avoir moins de conséquences sanitaires directes dans les pays pauvres que dans les pays riches.

-Si les conséquences sanitaires que nous qualifions de directes sont moins importantes qu’anticipées dans les régions du Sud, les conséquences indirectes sont au contraire effectivement déjà observables, et auront des conséquences durables.

-Une autre des principales vulnérabilités est l’insécurité alimentaire où la situation est particulièrement sévère au Yémen, en République démocratique du Congo (RDC), au Nigéria, au Burkina Faso, en Afghanistan, au Soudan du Sud et en Somalie.

-Les populations en déplacement, souvent libellées comme « migrants » dont certains ont le statut de réfugiés, sont particulièrement touchées par les conséquences de la pandémie.

-Dans ces populations déplacées et vivant dans l’insécurité alimentaire, les personnes les plus vulnérables restent les femmes.

Recommandations

L’agenda de la localisation humanitaire : le Canada doit assurer un rôle de leadership pour que cette approche décentralisée soit respectée afin de renforcer les organisations locales partenaires.

La coopération scientifique est centrale : pour que nous puissions, comme humanité, passer à travers la pandémie, il faut veiller à un accès universel et non protectionniste sur un vaccin et un éventuel traitement pour toutes les populations.

«J’aimerais vous dire que le monde va bien, et que le Canada en fait suffisamment. Mais la réalité est que la pandémie nous fait reculer de plusieurs décennies sur les efforts et les résultats que nous avions atteints, notamment pour la protection du droit des femmes.»

Pour en savoir plus sur ce sujet: La politique d’aide au développement du Canada : Enjeux et recommandations (Document de recommandations politiques de l’IEIM, écrit par Marie-Claude Savard)

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !