Repenser le pouvoir, l’aide et le développement

Chronique de l'Observatoire sur la coopération internationale, 24 mars 2015, Bonnie Campbell

Repenser le pouvoir, l’aide et le développement Bonnie CAMPBELL Directrice du Centre interdisciplinaire de recherche en développement international et société (CIRDIS) Professeure au Département de Science politique, UQAM Mars 2015 Chronique autour du livre « Rethinking Canadian Aid », edited by Stephen Brown, Molly den Heyer and David Black. University of Ottawa Press. 2014. Le point de départ de ce volume? La nécessité et même l’urgence de repenser l’aide canadienne. Selon l’introduction du livre, cela implique beaucoup plus que proposer l’application de réformes techniques et institutionnelles. Une telle ambition s’étend également bien au-delà des controverses actuelles sur les glissements concernant l’emphase thématique donnée à certains secteurs comme, par exemple, le secteur extractif, même si ces enjeux sont importants. Ce défi exige une démarche explicite pour situer l’aide canadienne dans un contexte beaucoup plus large et en lien avec les diverses façons dont l’aide canadienne interagit avec les populations des pays du Sud. Avant de dire quelques mots sur la façon dont le livre propose de répondre à ce défi, j’aimerais souligner à quel point ce volume est des plus opportuns et bienvenus. Pour faire ressortir toute son importance, il est utile de situer le contexte actuel qui me semble marqué par plusieurs caractéristiques, dont les deux suivantes : La première concerne les difficultés d’accès à une information systématique et transparente, présentée sous une forme qui permettrait de suivre la concordance entre les mesures et changements annoncés par rapport aux objectifs établis par le Canada en matière de coopération internationale et de développement. Plus précisément, il faut souligner l’absence à présent d’un énoncé de politique d’ensemble en matière de développement qui pourrait être présenté et débattu au Parlement et par la suite évalué par celui-ci, énoncé qui identifierait des objectifs clairs en matière de contribution du Canada au développement et à la réduction de la pauvreté des populations concernées, des stratégies pour les atteindre dans le moyen et le plus long terme, et dans ce contexte, justifierait les choix des pays prioritaires et les types de programmes retenus pour atteindre les objectifs du pays. Il en résulte en ce moment une absence de débats publics et informés dans ce domaine clé de politique étrangère et par conséquent, un déficit démocratique et un problème important d’imputabilité politique pour nos politiques dans ce domaine. La seconde caractéristique concerne le fait que depuis plus d’une dizaine d’années, les politiques de coopération du Canada connaissent des transformations majeures qui impliquent non seulement des reconfigurations institutionnelles et des évolutions nouvelles dans l’allocation du budget de l’aide, mais surtout des changements plus profonds et fondamentaux dans le sens même que l’on donne à la notion de coopération, de sa raison d’être, de la façon de la livrer, de la tracer et d’évaluer ses retombées. Ces deux caractéristiques soulignent donc la très grande pertinence et utilité en ce moment de la parution de ce volume. Avant de rentrer dans les détails du contenu, il est important de souligner qu’il s’agit d’un livre très documenté, fouillé, bien écrit et bien structuré. Les contributions sont très variées (enjeux de genre, États fragiles, stratégies en Amérique latine, secteur extractif) mais complémentaires comme en témoignent les références croisées entre les chapitres qui illustrent en même temps le travail rigoureux des éditeurs. Elles sont présentées dans 16 chapitres regroupés en 3 sous-sections; i) Les fondements éthiques, politiques et bureaucratiques de l’aide ii) Le contexte canadien et les motivations du Canada iii) Le rôle du Canada dans le développement international. Il serait évidemment impossible de rendre justice en quelques lignes à 16 chapitres – qui sont particulièrement bien structurés autour de 4 niveaux d’interrogation. Ce que je ferai sera plutôt de donner quelques exemples pour illustrer comment des contributions si différentes s’avèrent en fait très complémentaires et se renforcent. Pour lire la suite de la Chronique, nous vous invitons à télécharger le pdf ci-joint. rethinking_canadian_aid_campbell.pdf

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !