Colloque international - La Chaire UNESCO-UQAM FPJD organise le 2e colloque international « Religions et sciences sociales », en collaboration avec le Département de sociologie et le Laboratoire de Sociologie du développement social à la faculté des lettres et des sciences humaines Dhar el Mahraz- Fès- Maroc, Laboratoire d’études politiques et des sciences humaines et sociales de l’Université Internationale de Rabat-Maroc, IEIM et CEFIR.

Religions, identités, pratiques et perspectives plurielles

16 et 17 novembre 2018. Lieu : Faculté des lettres & sciences humaines Dhar El Mehraz, Fès-Maroc.

De nos jours, la religion est pratiquée et perçue par les croyants et les non croyants au sens pluriel. Depuis l’avènement de la modernité et l’expansion du capitalisme avec ses mouvements coloniaux, les interactions se sont multipliées entre groupes humains, peuples et civilisations de différentes composantes et origines. Ces contextes permettront la découverte, de communautés et de peuples ayant leurs propres croyances, rites et représentions religieuses. Une telle découverte entraîna soit la curiosité et/ou la soif de savoir et de comprendre la religion des autres et leurs croyances, soit un regard dédaigneux vis-à-vis de la religion des autres, particulièrement dans les travaux des orientalistes et dans les approches des sciences sociales basées sur des visées colonialistes et des jugements à caractère ethnocentrique qui masquent les diversités, les variations et les différences dans les modes de vie des peuples, leurs religiosités et leur relation au sacré. L’ère de la mondialisation impliqua une homogénéisation des modes de vie, une pluralité des visions du monde et la diversité des facteurs inhérents au sacré. La facilité des déplacements des hommes et des objets réels ou virtuels et la rapidité des échanges économiques et symboliques, a permis l’émergence de plusieurs « offres » des différentes religions, qu’elles soient monothéistes ou non qui se donnent à voir comme une offre plurielle à ses clients. Une pluralité permettant de distinguer les traits caractéristiques de chaque religion. Bien que cette pluralité soit perçue par certains comme la source d’un enrichissement du sacré et d’un élargissement des cercles des croyances, celle-ci est aussi utilisée par d’autres adeptes pour marquer la supériorité d’une religion sur une autre ou l’élimination de l’autre différente et parfois l’utilisation de la violence pour garantir sa pérennité, ce qui aboutit à toutes les formes de repli identitaire, d’intégrisme et de violence. La cartographie mondiale et plurielle des religions concorde avec des tendances, des faits et des transformations essentielles, à savoir : Identités ouvertes ou fermées ? Dialogue ou conflit des religions ? Tolérance ou violence des religions ? Foi ou pratique ? Voies modérées ou radicalismes violents ? Cette cartographie est une matrice essentielle dans la production des conceptions, des approches et des résultats pluriels dans les sciences sociales. Tout cela nous a motivé à opter pour  » Religions, identités, pratiques et perspectives plurielles » comme titre à cette deuxième rencontre qui porte sur « Les religions et sciences sociales ». Une rencontre qui s’inscrit dans la continuité de la précédente qui avait abordé une thématique axée sur « Les méthodes et les approches des sciences sociales du religieux, entre permanence et changement ». La tenue de cette deuxième édition vient suite aux recommandations, conclusions et horizons de la première rencontre, elle renforce l’idée qu’il faut traiter la religiosité dans sa présence plurielle dans les faits et non dans les conceptions des théologiens et des théoriciens. Dès lors, se confirme l’importance de centrer le regard sur la pluralité des religions et ses différentes dimensions au niveau des pratiques de la religiosité et de la production des rites, et suivant les conflits et la diversité identitaire. Les axes thématiques du colloque sont : 1- Premier axe : Violence des identités et radicalismes. 2- Deuxième axe : Pluralité des rites, des croyances et des formes de religiosité. 3- Religion, perspectives et enjeux. Responsables de la mise en œuvre : Mounia Aït Kabboura Université de Quebec à Montréal-Canada Mohammed Ababou Université sidi Mohamed Ben abdellah, Fès-Maroc Mohamed Fadil Université sidi Mohamed Ben abdellah, Fès-Maroc

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !