Portrait de l'IEIM

L’IEIM vous présente Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite au Département de philosophie de l’UQAM

Mme Boulad-Ayoub est également titulaire de la Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique au Canada

L’IEIM a pour mission principale de mettre en valeur les travaux et les recherches de ses membres. À travers la série « PORTRAIT DE L’IEIM » l’Institut souhaite mieux faire connaitre les individus qui œuvrent au sein de ses unités de recherche membres.

À l’occasion du lancement du Cycle de conférences-débats sur le thème Émotions et culture démocratique, qui débute ce jeudi, 11 octobre, et du Séminaire sur l’islamophobie au Québec, qui se tiendra vendredi, le 19 octobre prochain, nous vous présentons, cette semaine, le portrait de Madame Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite au Département de philosophie de l’UQAM et titulaire de la Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique.

« Faire de la recherche me parait tellement naturel. »
Josiane Boulad-Ayoub, professeure émérite Département de philosophie, UQAM

Josiane Boulad-Ayoub est née en Alexandrie en Égypte. Elle se passionne très rapidement pour la philosophie et fait son doctorat sur « Le statut de la théorie des Idées de Platon à Malebranche. Descartes et la thèse de l’innéisme », à l’Université Lyon III en France. Elle immigre au Canada en 1969 et à son arrivée, dirige le département de philosophie du CÉGEP du Vieux-Montréal avant de s’engager auprès de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). En 1999, elle devient la première titulaire de la Chaire UNESCO d’études des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique au Canada. Cette titularisation confère à Josiane Boulad-Ayoub un rayonnement international. Sa grande expertise lui permet de recevoir de nombreux prix et reconnaissances pendant sa carrière y compris, notamment, le prix des Sciences Humaines, ainsi que le grade d’officier dans l’ordre national des Arts et des Lettres de la République française en 1999 et la Médaille du Jubilé de diamant de la Reine.

À la question de savoir ce qui la conduit à faire de la recherche, la professeure Boulad-Ayoub rit. Elle explique qu’il lui semble tellement naturel de faire de la recherche, et qu’elle ne se verrait pas faire autre chose. Elle adore tout autant l’enseignement et précise que pour elle, l’un enrichit l’autre. En revanche, si la recherche lui apparait comme une activité évidente, elle souligne qu’il y a eu plusieurs moments dans sa carrière lors desquels elle s’est sentie « réellement utile ». En l’occurrence, il s’agit d’abord de la nouvelle édition des Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de l’Assemblée législative et de la Convention nationale (17 volumes, Paris, 1998, 6354p) et ensuite, ce qu’elle considère comme une « anthologie raisonnée et critique du militant journal des Idéologues », La Décade comme système (Un Prospectus et IX Tomes, Rennes, 2003, 4676p).

Sa grande carrière en philosophie est parsemée de rencontres enrichissantes et marquantes. Madame Boulad-Ayoub nous raconte que sa directrice de thèse, Geneviève Rodis-Lewis, a eu un impact significatif dans sa vie. Les deux femmes sont d’ailleurs restées proches après sa soutenance de thèse.

Nous avons demandé à Madame Boulad-Ayoub ce qu’elle conseille à des étudiantes et étudiants se destinant à la recherche. D’abord, elle indique qu’il faut lire beaucoup d’auteurs classiques se rapportant à la discipline étudiée, « car cela évite d’enfoncer des portes ouvertes »; ensuite, la recherche requière un esprit critique et de penser par soi-même; et enfin, elle conseille de ne pas trop insérer de notes de bas de page dans les textes scientifiques.

Pour les années à venir, la professeure a de nombreux projets, dans lesquels elle fait participer les jeunes chercheuses et chercheurs afin de transmettre son savoir-faire et de transmettre son expertise. À ce titre, elle cherche à revaloriser la culture et le patrimoine amérindien à travers un partenariat avec la Commission canadienne de l’UNESCO. Un autre de ses projets est celui sur l’études des émotions et la culture démocratique, pour lequel le cycle de conférence-débats, qui aura lieu pendant toute la session, sera lancé ce jeudi 11 octobre, à compter de 17h30 à la salle A-M204 (Bibliothèque centrale), Pavillon Hubert-Aquin (UQAM).

Pour la biographie complète de Madame Boulad-Ayoub, nous vous invitons à suivre ce lien : https://ieim.uqam.ca/spip.php?page=auteur-unesco&id_auteur=789.

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !