L’État prédateur et le mouvement citoyen mondial : retour de Porto Alegre

No 03. Février 2003, 1 février 2003, Dorval Brunelle

Le Forum social mondial (FSM) qui s’est tenu pour la troisième année consécutive à Porto Alegre au Brésil du 23 au 27 janvier 2003 a rassemblé cette fois-ci plus de 100 000 participants, deux fois plus que l’année précédente et dix fois plus que la première rencontre en 20011. Une telle progression ne va pas sans poser d’énormes problèmes d’organisation et de programmation, problèmes qui ont surgi avec force cette fois-ci, créant un chaos tel que les organisateurs eux-mêmes ont été la cible d’une manifestation dénonçant les failles dans la planification de l’événement et, en particulier, le fait que les programmes n’aient pas été disponibles avant le vendredi, soit plus d’une journée après l’ouverture officielle. Ce sont des contraintes financières qui auraient été à la source de tous les problèmes, contraintes liées au changement de garde survenu lors des élections dans l’État de Rio Grande do Sul où le représentant du Parti des travailleurs (PT) a été défait et remplacé par le gouverneur Germano Rigotto du Parti du mouvement démocratique du Brésil (PMDB) lors des dernières élections2. Mais cela n’explique pas tout. En effet, pour faire face à cette nuée de militantes et de militants, les organisateurs avaient prévu de répartir les activités entre cinq sites principaux ayant chacun leur fonction propre : les salles de cours et de conférences de l’Université catholique de Rio Grande do Sul (PUCRS) seraient consacrées aux ateliers, aux témoignages, à un tribunal et au réseautage; le Gigantinho, un stade pouvant contenir environ 15 000 personnes, serait réservé aux événements dits « grand public », c’est-à-dire aux grandes conférences et aux tables de controverses, le Cais do Porto où avaient été aménagées des salles pouvant contenir jusqu’à 1 000 personnes chacune, abriterait les panels thématiques, la Quinta Sala, abriterait des panels également et, enfin, le Camping de la jeunesse avec ses activités propres. Mais comme ces sites étaient passablement éloignés les uns des autres, il est arrivé que, pour minimiser les déplacements, les participants ont choisi d’en privilégier quatre aux dépens des activités du Cais do Porto. Ce choix collectif a eu pour effet de contribuer à l’encombrement des activités tenues à l’université, c’est-à-dire les séminaires, colloques, rencontres et discussions, ainsi qu’à l’affluence au stade intérieur qui pouvait à peine contenir les foules entassées là, et à un délaissement des panels de discussions qui devaient se tenir dans les hangars du port aménagés à cette fin. (Suite dans le document joint)

Documents joints

Partenaires

Banque Scotia Ministère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !