Les répercussions (provisoires) de la crise de COVID-19 sur le système énergétique mondial

Ce document a été rédigé par Gauthier Mouton, candidat au doctorat en science politique à l’UQAM, 8 juin 2020, Gauthier Mouton

Cet article vise à examiner les répercussions de la crise de COVID-19 sur le système énergétique mondial.

Avec l’émergence de nouvelles grandes puissances dont le modèle économique est particulièrement énergivore (la Chine en tête) et l’urgence des questions environnementales, l’énergie est devenue en l’espace de quelques décennies le point de focalisation de toutes les grandes réflexions stratégiques.

«Si bien sûr, à court terme, ce sont les pays producteurs et exportateurs de pétrole qui subissent l’effondrement du prix du baril de brut, la crise sanitaire mondiale interroge aussi, dans la perspective du temps long, les capacités des États et des sociétés à engager un sursaut politique à l’aune des enjeux énergétiques et climatiques.» […] «Au Québec, l’utilisation des surplus d’électricité pourrait d’ailleurs soutenir la serriculture grâce à des technologies innovantes de chauffage et d’éclairage. Toutefois, les transitions énergétiques ne sont pas uniquement une question de technologies et d’offre ; c’est aussi une question de demande, de choix à la fois individuels et collectifs qui façonnent les modèles de société et les conceptions politiques dont ils sont porteurs.» […] «À l’occasion du cinquantenaire de la Journée de la Terre, le 22 avril 2020, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a insisté sur la nécessaire prise de conscience provoquée par la crise sanitaire mondiale afin de lutter contre le réchauffement climatique, la pollution croissante et le déclin abrupt de la biodiversité. Pour le moment, la pandémie a surtout eu pour effet de repousser des rendez-vous cruciaux en matière de protection de l’environnement. Devant se tenir initialement à Glasgow, en Écosse du 9 au 19 novembre 2020, la 26ème Conférence des Parties (COP26) a été annulée.» Découvrez le texte complet en pièce jointe. Auteur Gauthier Mouton L’auteur tient à remercier le professeur Éric Mottet pour la correction de la première version de ce texte.

Documents joints

 

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !