Les 20 ans de l’ALENA

Les 13 et 14 février 2014, Montréal

Colloque organisé par l’Institut d’études internationales de Montréal de l’UQAM, en collaboration avec le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation, l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, ainsi que la Chaire Nycole-Turmel sur les espaces publics et les innovations politiques. Programme version pdf
Depuis son entrée en vigueur le 1er janvier 1994, l’ALENA a entraîné de profonds bouleversements: d’abord, dans les relations entre le Canada, les États-Unis et le Mexique (aujourd’hui, les économies des trois pays forment, en dehors de l’Europe communautaire, le plus grand espace d’intégration au monde); ensuite dans leurs économies respectives (désormais ouvertes à la concurrence internationale); et enfin, dans le système commercial multilatéral qui, sous la pression de l’ALENA, a pris de nouvelles directions, couvrant désormais des domaines aussi divers que les services, la propriété intellectuelle, les marchés publics, les télécommunications, ou encore l’investissement. Or, malgré qu’il ait été souvent présenté comme un véritable modèle d’intégration régionale, tant par son contenu que par ses résultats, l’ALENA n’a pas eu que des effets heureux. Dans un premier temps, l’accord n’a pas su créer une véritable solidarité entre les trois partenaires, que ce soit pour réduire les inégalités dans le développement ou bien pour pousser plus loin l’intégration sur un plan institutionnel et politique. Deuxièmement, la croissance économique des pays membres s’est certes fait ressentir, mais ni les effets de convergence économique qui étaient attendus, ni ceux de redistribution, n’ont vraiment été au rendez-vous. Enfin, sur le plan commercial, les Amériques sont aujourd’hui plus divisées que jamais alors que le système commercial multilatéral est au bord de l’implosion, confronté qu’il est, d’un côté, à l’enlisement des négociations de Doha et, de l’autre, au foisonnement des accords commerciaux en tous genres. Pour souligner le 20e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’ALÉNA, ce colloque sera l’occasion de faire le point non seulement sur le modèle ALÉNA, mais aussi sur les autres arrangements d’intégration régionale, et permettra, tant aux chercheur(e)s confirmé(e) qu’à ceux en devenir, d’aborder de grands thèmes: 1. L’avenir de l’ALENA – L’ALENA est difficile à faire bouger, et il n’est pas sûr que les trois partenaires soient vraiment intéressés à rouvrir l’accord pour l’améliorer. Le temps est-il venu d’ouvrir la boîte noire des institutions de l’ALENA? Si oui, comment les rénover ? 2. Les autres modèles d’intégration – C’est ailleurs que se concentrent les énergies d’intégration: l’Asie, l’Amérique latine, l’Afrique. Le Canada, les États-Unis et le Mexique sont, tous trois, engagés dans les négociations transpacifiques, et ont le regard également tourné vers l’Europe. Dans le contexte des relations triangulaires, qui restent mal développées, quelle place pour le modèle ALÉNA? Pour les autres modèles? 3. La nouvelle conjoncture – Le ralentissement en Asie, la révolution énergétique aux États-Unis, et les changements dans les chaînes de valeur, mettent à l’épreuve le modèle d’intégration filialisée et polarisée sur les États-Unis. Comment combiner éducation, recherche & développement, politique industrielle et organisation des entreprises pour faire face aux défis économiques actuels? 4. L’espace nord-américain est également plus qu’un espace économique. Comment doit-on y aborder les questions sociales, culturelles, politiques et juridiques? Comité scientifique : Gilbert Gagné, Mathieu Ares, Dorval Brunelle, Thomas Collombat, Christian Deblock, Frédérick Gagnon, Michèle Rioux, Jean-François Côté, Nancy Thède et Joel Lebullenger. Comité organisateur : Pierrick Pugeaud, Dorval Brunelle, Michèle Rioux, Kim Fontaine-Skronski. Partenaires : Faculté de science politique et de droit de l’UQAM, Département de science politique, CORIM, Confédération des syndicats nationaux, Consulat des États-Unis à Montréal
QUAND: Jeudi 13 février 2014 à partir de 9h Vendredi 14 février 2014. LIEU: Maison du développement durable. 50 rue Ste Catherine Ouest. Montréal, Québec. RENSEIGNEMENTS: ieim@uqam.ca crsh_logo.jpg

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !