Le travail atypique au Québec : les femmes au cœur de la dynamique de centrifugation de l’emploi

1 mai 2011, Yanick Noiseux

Noiseux, Yannick. (Printemps 2011). « Le travail atypique au Québec : les femmes au cœur de la dynamique de centrifugation de l’emploi », Revue Labour/Le Travail, no. 67, Athabasca University, Edmonton, pp.95-120.

À la sortie de la seconde guerre mondiale, prenant acte des vices marquants du capitalisme de laissez-faire propre au systeme liberal d’antan, la majorite des gouvernements des pays dits developpes, dont ceux du Canada et du Quebec, adoptent les theses keynesiennes et font de la recherche du plein emploi l’un des objectifs principaux guidant la conduite de leur politique economique interventionniste. Avec pour objectif l’etatisation du social, divers regimes de protection sociale (assurance-emploi, assurance-maladie, regime de retraite, prestation de securite du revenu) sont mis en place et marquent ce qu’on appellera l’Etat-providence. Bref, un pacte social est mis en oeuvre — liant l’Etat, l’entreprise et le travailleur –, et l’emploi ne depend plus alors du simple jeu de l’offre et de la demande sur le marche du travail : ayant desormais gagne le statut de variable independante, que l’on cherche contro1er politiquement, il passe du strict registre de l’economie a celui de l’ economie politique.

C’est l’ensemble de cette construction qui sera remis en question au Quebec, au tournant des annees 80 — ce qui ne constitue pas une exception — avec le passage A un regime neoliberal reposant essentiellement sur quatre piliers : la liberalisation, la dereglementation, la privatisation et la reduction des politiques sociales. Appliquee au marche du travail, la dereglementation devient la flexibilisation, laquelle constitue le moyen par lequel on cherchera se defaire de ses rigidites. L’idee centrale de cet ultraliberalisme est que le marche doit assurer seul et sans entrave la distribution des biens, des services et de l’investissement, faute de quoi la repartition optimale des revenus entre les facteurs de production, c’est-a-dire entre le travail et le capital, serait empechee. Pour ce type de liberalisme, le travail est une marchandise comme les autres et doit etre remis aux lois du marche.

Pour consulter l’article Le travail atypique au Québec : les femmes au cœur de la dynamique de centrifugation de l’emploi, cliquer ici.

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !