Ouvrage écrit par Michel Guérin

Le temps de l’art – Anthropologie de la création des Modernes

L'essai est publié chez Actes Sud, 24 septembre 2018

LE TEMPS DE L’ART

L’enquête consacrée à “ce que l’art dit du temps et ce que le temps fait de l’art” ancre la réflexion dans une analyse du concept d’époque en partant de la situation présente et en s’appuyant sur la notion d’ambition. L’essai reconstitue, sur un mode narratif, une histoire réflexive de la création artistique depuis la Renaissance et suggère avec force que l’oeuvre est d’abord figuration du temps.
De fait, à mesure que les grands ordonnateurs faiseurs d’éternité (Dieu, la Nature, la Beauté, l’Idéal) s’éclipsaient, laissant l’acte créateur orphelin de sa raison d’être, une éclosion “explosive” du présent se produisait, aussi séduisante que déstabilisatrice. En se détournant ainsi des transcendantaux qui longtemps l’inspirèrent, l’art grisé par sa propre liberté se condamnerait-il à buter sur le constat qu’il n’est plus rien qu’une activité gratuite coulée dans le temps, vulnérable et incertaine, dont le sens et la portée font question ?

Moderne, hypermoderne, postmoderne, ce que l’acte de créer rapporte du temps, c’est une énergie inquiète, une expérience singulière qui ne conquiert son originalité qu’en débat avec sa “condition épochale”. En critiquant son héritage, la négativité nourrit une ambition créatrice que, parfois, le nihilisme menace. Et si chaque mort annoncée de l’art le conduisait pourtant à se réinventer une enfance ?

Dans le sillage des deux “chercheurs d’art” Walter Benjamin et André Malraux, à qui le livre est dédié, cette anthropologie de la création des Modernes invite à une nouvelle lecture de l’histoire des modernités en révélant les étapes d’un dévoilement du lien affectif et réflexif entre le sentiment intime du temps et le geste d’autonomie de l’art.

Michel Guérin, philosophe, est professeur émérite de l’université d’Aix-
Marseille (AMU) et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. La majeure partie de son oeuvre a été publiée chez Actes Sud, en particulier Philosophie du geste (1995, 2e éd. 2011). La Grande Dispute (2006) et Nihilisme et modernité (Jacqueline Chambon, 2003) esquissent les premiers linéaments du Temps de l’art.

Photographie de couverture : © Alexei Kondakov

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !