Le retour de la conception biomédicale de la maladie dans les politiques internationales de santé communautaire : l’exemple du paludisme en Afrique

Jeudi 30 octobre 2014 de 12h30 à 14h, UQAM

Mot d’introduction : Valéry Ridde, Professeur, Santé publique, Université de Montréal; Membre associé au CIRDIS Conférenciers :
  • Thomas Druetz, Doctorant en santé publique, Université de Montréal
  • Sylvie Zongo, Chercheure postdoctorale, Université de Montréal ; PhD en anthropologie
Local A-1715, pav. Hubert-Aquin, 400 rue Ste-Catherine Est, UQAM, Métro Berri-UQAM Les efforts des institutions internationales pour améliorer la santé reflètent certaines conceptions prédominantes sur la scène internationale. Ces conceptions étant sujettes au changement, les stratégies sanitaires qui en découlent évoluent – des effets de mode ont parfois été constatés, après le retour à l’agenda de stratégies promues des décennies plus tôt. Nous présenterons l’idée que la lutte contre le paludisme s’inscrit aujourd’hui dans une conception biomédicale de la maladie qui s’écarte de la conception intégrée et holistique de la santé proposée à Alma-Ata en 1978. Ce retour s’illustre à travers deux processus. D’une part, les agents de santé communautaires, autrefois agents de promotion de la santé, sont graduellement redéfinis en tant que mini-docteurs, voire simples distributeurs de médicaments. D’autre part, la disponibilité accrue des tests de diagnostic rapide et la modification des directives thérapeutiques encouragent l’amalgame entre maladie et infection parasitologique. Cette réduction conceptuelle laisse peu de place à l’action sur les déterminants sociaux et environnementaux. Après des études en sciences politiques et développement international, Thomas Druetz réalise son doctorat en santé publique à l’Université de Montréal. Sa thèse examine le recours aux agents de santé communautaires pour lutter contre le paludisme au Burkina Faso. Curieux des travaux en santé mondiale et en recherche interventionnelle, il s’intéresse particulièrement à l’évaluation des interventions sanitaires dans leur contexte naturel d’implantation. Sylvie Zongo est attachée de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique du Burkina Faso. Elle réalise un postdoctorat à l’Université de Montréal dans le cadre du Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale. Ses derniers travaux ont porté sur les perceptions et l’utilisation des tests de diagnostic rapide du paludisme et de la dengue au Burkina Faso.

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !