Conférences-midi

Le républicanisme jaurésien : citoyenneté sociale et institutions républicaines et Laïcité et Question sociale chez Jean Jaurès

Mercredi 12 février et jeudi 13 février 2020 de 12h30 à 14h, salle W-5215, pavillon Thérèse-Casgrain (UQAM)

CONFERENCES – DEBATS

LES RENCONTRES MIDI DE LA CHAIRE UNESCO D’ÉTUDE DES FONDEMENTS PHILOSOPHIQUES DE LA JUSTICE ET DE LA SOCIETE DEMOCRATIQUE

HIVER 2020

12h30-14h00 – Salle W-5215 (5e étage)
PavillonThérèse-Casgrain, UQAM, 455, boul. René-Lévesque Est, Montréal

Bruno ANTONINI

Lycée Racine et École d’arts appliqués Olivier-de-Serres (ENSAAMA) à Paris
Professeur de philosophie à Paris et qualifié maître de conférences en philosophie. Docteur en philosophie depuis fin 2002, sa thèse porte sur « Philosophie et politique chez Jean Jaurès. Le rôle de l’État dans la transmutation de la République en socialisme », à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, sous la direction de André TOSEL. Cette thèse a reçu en 2003 le Prix Georges-Bastide décerné par l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse.

Conférence 1 : mercredi 12 février de 12h30 à 14h00, salle W-5215

Le républicanisme jaurésien : citoyenneté sociale et institutions républicaines

En inscrivant le républicanisme de Jaurès (1859-1914) dans le panorama politique de la France républicaine et révolutionnaire de son temps, nous essaierons de montrer les contours du projet de République sociale défendu par Jaurès, en filigrane de sa conception de l’État républicain, inspirée de celle du socialiste réformiste allemand Ferdinand Lassalle (1825-1864).

Pour cela, nous dégagerons la méthode mise en œuvre pour la réaliser, à savoir celle d’un « réformisme révolutionnaire » revisitant le concept d’ « évolution révolutionnaire » de Marx et Engels. Cette méthode est celle d’une « République jusqu’au bout », c’est-à-dire jusqu’à la souveraineté économique du peuple consacrant ainsi la citoyenneté sociale des travailleurs : condition du socialisme jaurésien en tant que projet de civilisation.

Conférence 2 : jeudi 13 février de 12h30 à 14h00, salle W-5215

Laïcité et Question sociale chez Jean Jaurès

Après avoir rappelé à grands traits ce qu’est la laïcité en France dans ses principes, sa définition et ses contextes politique et juridique, nous examinerons la vision de la laïcité telle que Jaurès la défendit. Déjà dans son combat politique et sa forte implication parlementaire pour le vote de la célèbre Loi de Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905, Jaurès associa d’emblée la laïcité et la Question sociale, pour l’émancipation du peuple souverain comme celle du citoyen, dans et pour la liberté absolue de conscience de l’individu.

C’est ce que nous montrerons en précisant comment le combat de Jaurès pour la laïcité à l’orée du XXe siècle en France fut, en plus d’un moyen de pacification sociale et politique avec le Clergé, un élément essentiel du projet de République sociale.

Nous montrerons aussi en quoi la Question laïque se situa à la croisée de la Question scolaire et de la Question sociale chez Jaurès, dans la lignée des révolutionnaires Condorcet et surtout LePeletier de Saint-Fargeau.

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !