Le F-35 dans le contexte canadien : l’envolée des coûts et l’épineuse question du partage industriel

8 avril 2012, Yannick Quéau

Les enjeux stratégiques entourant le programme Joint Strike Fighter (JSF ou F-35 Lightning II) sont cruciaux. Ces chasseurs-bombardiers sont en effet appelés à équiper l’ensemble des forces américaines (Army, Air Force et Navy) et certaines troupes alliées. Ils ont pour but d’assurer aux pays coalisés autour des États-Unis la supériorité aérienne sur les champs de bataille du 21ème siècle. L’importance du F-35 s’étend également aux dimensions industrielles du fait 1) du développement du programme en coopération avec des pays partenaires qui sont autant d’acheteurs potentiels (pour ne pas dire garantis) de l’appareil, ensuite, 2) de la réémergence progressive de capacités industrielles militaires concurrentes (en Chine et en Russie, par exemple) et, enfin, 3) du succès actuel des plates-formes européennes sur le marché international des avions de combat (en Inde, notamment). Le F-35 se veut un appareil qui creusera un peu plus l’écart avec les pays émergents et qui marginalisera la place des programmes européens rivaux de Saab AB (avec le Gripen), du consortium Eurofighter (avec le Typhoon) et de Dassault Aviation (avec le Rafale) sur ce segment du marché de la défense. Les ambitions, la forme coopérative du programme, la dimension technologique de la plate-forme, le nombre d’avions concernés (quelque 3 000 unités, dont plus de 2 400 pour les seuls États-Unis) et les coûts impliqués sont autant d’éléments qui, une fois combinés, font de ce programme une saga politico-industrielle dont les États- Unis ont le secret. Celle-ci ne va pas sans son lot de heurts, de revirements et de doutes.

Référence :

Yannick Quéau, « Le F-35 dans le contexte canadien : l’envolée des coûts et l’épineuse question du partage industriel », Fondation pour la recherche stratégique, 11 octobre 2011. Disponible en ligne : http://www.frstrategie.org/barreFRS/publications/notes/2011/201117.pdf.

L’article complet se trouve en pièce jointe.

Partenaires

Banque Scotia Ministère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !