Le chargé de cours Marc-André Gagnon publie une étude sur les dépenses promotionnelles des compagnies pharmaceutiques

3 janvier 2008, Marc-André Gagnon

Le 3 janvier 2008 – Les compagnies pharmaceutiques dépensent aux États-Unis deux fois plus d’argent dans la promotion de leurs produits que pour la recherche et le développement. Voici la conclusion à laquelle arrive Marc-André Gagnon, chargé de cours aux départements de sociologie, science politique et sciences économiques et principal auteur d’un article publié aujourd’hui dans le journal scientifique PLoS Medicine. Cet article, cosigné avec Joel Lexchin de York University, fait état des résultats d’une étude pour calculer de manière systématique les sommes totales consacrées à la promotion des produits pharmaceutiques.

L’étude The Cost of Pushing Pills

À la base de cette étude, il y a un débat vieux de 50 ans pour déterminer si l’industrie pharmaceutique repose sur l’innovation ou sur le marketing. Les données colligées par la firme IMS, spécialisée dans le marketing pharmaceutique et qui fait autorité en la matière, tendent à démontrer que les compagnies pharmaceutiques dépensent davantage en recherche et développement qu’en promotion des produits. Toutefois, IMS n’intègre pas toutes les catégories de promotion, comme les essais cliniques de phase IV ou les dîners-conférences à des fins promotionnelles, dont le nombre est passé de 120 000 en 1998 à 371 000 en 2004. De plus, leurs chiffres proviennent essentiellement de sondages réalisés auprès de compagnies pharmaceutiques et ne peuvent être confirmés par des sources indépendantes. Les chercheurs Gagnon et Lexchin ont décidé de comparer ces données avec celles de la firme CAM, une compagnie d’étude de marché qui, par des sondages auprès des médecins, détermine les dépenses de promotion de l’industrie pharmaceutique. Des écarts importants apparaissent alors entre les données, selon les catégories de promotion. Cependant une analyse méthodologique permet de déterminer quelles sont les données les plus pertinentes pour chaque catégorie.

Après comparaison, les dépenses de promotion pharmaceutique aux États-Unis en 2004 sont estimées à 57,5 milliards de dollars alors que les dépenses en recherche et développement sont de l’ordre de 29,6 milliards de dollars. Pour 2004, les auteurs estiment que l’industrie a dépensé en moyenne 61 000 dollars par médecin pour faire la promotion de ses produits. Les auteurs admettent toutefois que leurs résultats n’incluent pas certaines autres dépenses promotionnelles non repérables comme la promotion de médicaments pour des usages non reconnus (off-label) et les pseudo-publications scientifiques à des fins promotionnelles.

Proportionnellement aux ventes domestiques aux États-Unis de 235 milliards de dollars, la promotion repérable des produits pharmaceutiques représente donc 24,4 % du chiffre d’affaires de l’industrie, comparativement à 13,4 % pour la recherche et le développement. À la lumière de ces chiffres, les chercheurs concluent que dans l’industrie pharmaceutique actuelle, la promotion et le marketing jouent une part beaucoup plus importante que la recherche et le développement, contrairement à ce que prétend l’industrie. Enfin, les résultats de cette étude, obtenus par le recours à des données systématiques colligées auprès de l’industrie et des médecins, offrent un argument de taille afin de réformer l’industrie pharmaceutique vers davantage de recherche et moins de promotion.

Lien Internet sur PLoS Medicine :
The Cost of Pushing Pills : A New Estimate of Pharmaceutical Promotion Expenditures in the United States

medicine.plosjournals.org


Dossier de Presse pour l’Étude The Cost of Pushing Pills par Marc-André Gagnon et Joel Lexchin

Afrique du Sud:

Allemagne:

Argentine:

Autriche:

Brésil:

Canada (Anglais):

Entrevues Radio:

Canada (Français):

Entrevues Radio:

Espagne:

États-Unis:

Hongrie:

Italie:

Nouvelle-Zélande:

République Tchèque:

Russie:

Suisse:

Ukraine:

  • Apteka

Partenaires

Banque Scotia Ministère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !