L’art à Vienne et l’unité de l’empire (1897 à 1905)

Par Lucie France Dagenais, codirectrice de l'Observatoire de l'Eurasie, 17 juillet 2019, Lucie France Dagenais

Lucie France Dagenais, codirectrice de l’Observatoire de l’Eurasie affilié au CEIM, signe L’art à Vienne et l’unité de l’empire (1897 à 1905), paru dernièrement aux Éditions L’Harmattan dans le cadre de la série intitulée Études culturelles.

Résumé
La Sécession viennoise constitue un mouvement artistique créé en 1897 en Autriche-Hongrie. Elle représente une initiative de renouveau culturel mise en place avec le concours des autorités visant un projet d’unité nationale. Mue par sa mission d’harmonie sociale et imprégnée de son rêve artistique, la Sécession soutient un objectif et une action qui se confondent au projet des pouvoirs publics affaiblis par les tiraillements nationaux et sociaux des années 1890. L’émergence et le développement de ce regroupement d’artistes nationaux se trouvent ainsi intimement liés aux conditions historiques et sociopolitiques prévalant dans l’Empire au moment de sa naissance. La recherche sur le mouvement viennois nous l’abordons non seulement sous l’angle d’une étude des arts mais dans une approche multidisciplinaire plus large prenant en compte la situation culturelle viennoise de l’époque. Pour arriver à cerner la nature, l’ampleur et la signification d’un mouvement artistique de façon à en favoriser une juste perception afin de se soustraire aux modes passagères, il est essentiel de recourir à un cadre d’analyse assez large. Les facteurs multiples qui président à l’apparition et à l’épanouissement d’associations artistiques de même que ceux qui influencent leur fonction créatrice, exigent cet élargissement de l’analyse.  » Seules les contradictions dans le domaine de l’art et celles qui existent entre l’art et l’époque peuvent permettre de brosser un tableau relativement exact  » (Waissenberger, 1984 : 8). Ces considérations qui orientent notre recherche sur la Sécession, entraînent l’exigence d’observer, outre les facteurs artistiques, d’autres volets du contexte sociologique qui l’entoure.

L’ouvrage est disponible en version papier et ebook

Pour commander en ligne

Partenaires

Banque Scotia Ministère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !