Evénement coorganisé par le RAS

L’appui à la sécurité et au renforcement des capacités en Afrique

Vendredi 11 mars 2022, 8h45-17h45, format hybride

Résumé

Le consensus est clair aujourd’hui quant à la multi-dimensionnalité des enjeux de sécurité dans le monde et aux réponses à y apporter. Les vocables ‘sécurité traditionnelle’ et ‘non traditionnelle’ ont depuis déjà un moment cédé la place à la réalisation que des enjeux aux semblants aussi divers que les changements climatiques, les violences genrées, les conflits armés et le terrorisme sont en réalité bien souvent interconnectés. Y répondre – ou du moins appuyer de manière efficace et appropriée la réponse développée par nos partenaires – nécessite donc une approche globale, comprise en termes de liens et ponts à faire entre ces enjeux et entre paliers d’action.

Sans être l’unique espace où l’on retrouve ces enjeux de sécurité et efforts d’action multidimensionnels, l’Afrique a néanmoins été à l’avant-plan en ce qui a trait aux plus récentes réflexions sur les défis et réponses sécuritaires. Dans plusieurs pays du Sahel, par exemple, on observe le croisement entre la précarité alimentaire, les changements climatiques, les défis institutionnels des autorités locales et nationales avec des enjeux de sécurité, incluant des insurrections et des incursions terroristes transnationales. Et c’est notamment d’un point de vue multidimensionnel qu’y sont développées certaines des initiatives les plus innovantes en matière de réponses intégrées.

Cet atelier vise spécifiquement à explorer les approches déployées en matière d’appui à la sécurité par différents acteurs – locaux, nationaux, régionaux, internationaux et les points de jonction entre certaines de celles-ci dans le but de faire le point sur les actions multidimensionnelles récemment mises en place en Afrique. Ainsi, seront abordées différentes politiques et pratiques pour concevoir, gérer et tenter d’enrayer des défis sécuritaires complexes et multiformes, dans un contexte où différents types d’acteurs opèrent de manière autonome ou selon leur mode opératoire propre, mais sont également de plus en plus régulièrement appelés à interagir et même se coordonner avec d’autres types d’acteurs dans le cadre d’initiatives complexes.

Afin de cadrer les interventions, mais également de construire des ponts entre communautés de réflexion, l’atelier porte un intérêt particulier au concept du « renforcement des capacités », qui a peut-être été le plus souvent mobilisé par des experts de sécurité dite traditionnelle, mais qui demande dans la pratique une action multidimensionnelle et appelle à l’implication d’acteurs de différentes natures. Nous entendons par « renforcement des capacités » les actions en appui aux autorités, institutions et autres acteurs nationaux et même locaux pour les permettre de mieux faire face aux défis sécuritaires. Ainsi, si le renforcement des capacités peut être associé, en partie, à des modalités de nature plutôt militaire, il n’en demeure pas moins que les réflexions sur le développement et la gouvernance des dernières décennies ont, elles aussi, mis l’emphase sur les capacités existantes des partenaires comme point de départ à toute action internationale. Au-delà des dimensions verticales et unidirectionnelles souvent associées aux efforts sur le renforcement des capacités, il faut également reconnaître le partage local et horizontal de connaissances et de pratiques en matière de stabilisation et de paix, qu’il s’agisse de pairs (entre pays africains par exemple) ou encore d’acteurs locaux et/ou non traditionnels (associations, organisations religieuses, etc.).

À la lumière de cette conception du concept de ‘renforcement des capacités’, comment concevons-nous aujourd’hui les réponses aux défis sécuritaires de manière innovante, cohérente et complète ? Comment répondre à la multi-dimensionnalité des enjeux de sécurité et au fait qu’ils tendent à se profiler à travers de multiples niveaux ? Comment le faire tout en s’assurant d’une action qui s’appuie et renforce les initiatives, compétences et capacités nationales et locales ? La réponse à ces questions passe nécessairement par les ponts entre secteurs et communautés d’acteurs.

L’atelier vise à aboutir à une conception et des recommandations pouvant nourrir le travail des chercheurs et praticiens. Deux façons de faire sont privilégiées dans le cadre des rencontres : une occasion pour les chercheurs de présenter leurs recherches; mais également un dialogue entre chercheurs et praticiens. Tout au long de l’atelier, des formules visant à briser les rigidités entre milieux universitaire et praticien seront privilégiées.

Programme des ateliers

Inscription gratuite

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !