L’accession à l’OMC : Quelles stratégies pour quelle intégration?

Note de travail, Laboratoire d’économie de la production et de l’intégration internationale, 1 septembre 2009, Mehdi Abbas

Lorsque l’Algérie opte pour la libéralisation de son économie à la fin des années 1980, elle fait également le choix de s’ouvrir à la concurrence internationale. Depuis lors, la participation active à la mondialisation et la recherche d’une insertion dynamique dans les échanges internationaux constituent des priorités pour les autorités algériennes. Le projet d’adhérer au GATT (dépôt de candidature juin 1987) puis à l’OMC à partir de 1996 est une manifestation concrète de ce choix prioritaire. Cet article est consacré à une analyse d’économie politique du projet d’accession de l’Algérie à l’OMC. L’hypothèse retenue consiste à analyser l’accession comme révélatrice des contradictions du processus de transformations institutionnelles et structurelles dans lequel est engagée l’économie algérienne. Cette dernière est confrontée à une double problématique : celle d’un pays en développement et celle d’une économie pétrolière peu diversifiée. Ces deux enjeux se recoupent puisque, outre la question de l’emploi résultant de la démographie du pays, le développement économique généralement s’accompagne d’une diversification productive qui réduirait la dépendance de la croissance algérienne aux fluctuations exogènes de ses ressources en hydrocarbures. Simultanément, de l’articulation des politiques commerciales et industrielles, principaux instruments de la diversification productive, dépend la réussite d’une stratégie de développement. [Suite dans le document joint]

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !