La Suisse prend du retard dans le contrôle de l’éthique des entreprises

21 mars 2018, 21 mars 2018, Bonnie Campbell

Droits humains Alors qu’à l’étranger, les pays sont de plus en plus nombreux à adopter un contrôle de la responsabilité sociale des sociétés, la Suisse tergiverse. Le peuple pourrait se prononcer dans un an.
Le Canada a annoncé le 17 janvier la création d’un poste d’ombudsman indépendant pour la responsabilité sociale des entreprises. Il aura pour mandat d’analyser les allégations de violations des droits de la personne causées par les activités d’une entreprise canadienne à l’étranger, avec budget d’enquête et liberté d’agir, qu’il y ait eu dépôt de plainte ou non. «Si une entreprise refuse de coopérer, on pourra lui retirer certaines aides, comme l’appui consulaire ou le soutien financier d’exportation», souligne Bonnie Campbell, du département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (Uqam). Experte reconnue en matière de responsabilité sociale des entreprises, Bonnie Campbell est spécialiste de dossiers liés à l’Afrique, et interviendra à ce titre lors du colloque sur le commerce de l’or, qui se tiendra ce mercredi à l’Université de Lausanne, soustitré «La Suisse sous pression»*. Selon elle, «les mesures volontaires des entreprises ne suffisent plus, et l’opinion publique ne s’en contente plus». La thématique tombe à pic, alors qu’un rapport de l’ONG Human Rights Watch épingle plusieurs maisons d’horlogerie et de joaillerie, dont les suisses Rolex et Chopard. Celles-ci ne vérifieraient pas de façon suffisamment rigoureuse leur approvisionnement en or et en diamants. La Suisse, où est traité 70% de l’or extrait dans le monde, est en tête de liste des pays pointés du doigt sur ces questions de traçabilité. Quatre des dix plus grandes raffineries d’or au monde (Valcambi, PAMP, Argor-Heraeus et Metalor) ont en effet leur siège et leurs activités en Suisse. Voici, en pièce jointe, l’intégralité de l’article. rse.pdf

Documents joints

Partenaires

Banque Scotia Ministère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Institut d'études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !