Colloque

La reconnaissance de l’égalité et de la différence : Regards transnationaux sur la démocratisation dans les Amériques

Les 27 et 28 novembre 2009, Université Laval, 28 novembre 2009

Colloque, sous la direction de Stéphanie Rousseau, Université Laval, et de Victor Armony, UQAM.

Progamme du colloque: Programme_Colloque_Democraties_15_oct.pdf


Depuis la fin des années 80, la démocratie libérale s’est imposée comme modèle de régime politique hégémonique à l’échelle mondiale. Loin de s’être matérialisée de façon univoque, cette démocratie a plutôt donné lieu, dans le Sud et dans l’ex-bloc soviétique, à des régimes hybrides où des institutions formellement libérales fonctionnent en parallèle ou en tension avec des configurations du pouvoir qui privatisent celui-ci et entretiennent des hiérarchies sociales de divers ordres. La mondialisation néolibérale qui coïncide à tout le moins temporellement avec la diffusion de la démocratie libérale a des effets complexes sur le maintien et la transformation des structures de pouvoir non-démocratiques. En Amérique latine, une nouvelle vague d’anti-impérialisme est portée par un ensemble de mouvements sociaux et de partis politiques.

Quelles nouvelles pratiques démocratiques émergent de cette critique, et quelles en sont les écueils ? D’autre part, des critiques du modèle de démocratie libérale proviennent autant des mouvements féministes et des mouvements pour la diversité sexuelle que des mouvements autochtones ou paysans, pour n’en nommer que quelques-uns. Ces critiques fondées sur le droit à la différence et sur la déconstruction de l’universalisme associé à la modernité libérale, vont-elles dans le même sens ? Apportent-elles des modèles de pluralisme susceptibles d’être institutionnalisés ?

Ce colloque vise à cerner plus particulièrement les dynamiques propres aux Amériques, que ce soit au plan transnational ou sous l’angle de différentes expériences nationales ou locales. Quelques années après le rejet de la ZLEA, comment aborder les Amériques sous l’angle des réseaux, des acteurs et des institutions qui les concernent ? Y-a-t-il dans les Amériques de nouveaux processus de démocratisation ou assiste-t-on à un recul sous l’angle de la participation, de l’égalité et de l’aménagement des différences ?

Une présentation du CRIDAQ, en partenariat avec le CEI et la Chaire Nycole Turmel sur les espaces publics et les innovations politiques (UQAM)

27 novembre 2009 : 10h00

28 novembre 2009 : 8h30

Salle 1334 du Pavillon La Laurentienne, Université Laval, 1030, avenue du Séminaire, Québec.

Renseignements: cridaq.uqam.ca

Pour s’inscrire: cei@hei.ulaval.ca

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !