La mondialisation… ça trompe énormément !

No 37, Avril 2017, 24 avril 2017, Henri Regnault

Résumé Il n’y a pas de mondialisation heureuse, ni malheureuse d’ailleurs ! Il n’y a que des heureux en général discrets et des malheureux parfois bruyants mais souvent résignés dans la mondialisation, processus historique qui les englobe et les dépasse. Ce processus est la résultante d’évolutions technologiques, économiques et géopolitiques étroitement imbriquées et largement irréversibles. Et, soyons clair, il n’y aura pas de retour aux économies nationales si ce n’est dans un scénario tragique, de chute des niveaux de vie dans le meilleur des cas, de larmes et de sang si les choses venaient à mal tourner. Mais si la mondialisation est un mouvement pluriséculaire puissant, elle est néanmoins rythmée par des phases de flux et de reflux et par un constant renouvellement de ses formes et modalités. La phase actuelle, initiée au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, s’essouffle dans ses formes institutionnelles – multilatérale (OMC en panne) ou régionales (Europe en difficulté) – tout en restant vivace dans ses formes entrepreneuriales. Si la démondialisation n’est pas à l’ordre du jour, les modalités de la mondialisation de demain ne sont pas écrites : l’orienter dans un sens positif pour les peuples relèvera de nouveaux Travaux d’Hercule ! Toutefois l’analyse de ces nouveaux Travaux d’Hercule nécessitera un autre numéro de cette chronique. ISSN 2563-9234

Documents joints

1. Mesurer les effets de la mondialisation sur les revenus p.3 2. Comprendre les dynamiques et les fractures de la mondialisation p.7 3. Les inerties de la mondialisation ou l’improbable démondialisation p.11 Annexe : Les révolutions agricoles entre écologie et économie

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !