Hercule aux Bermudes : Mondialisation, Etats, Firmes

N°40, février 2018, 2 février 2018, Henri Regnault

Résumé : La démondialisation est un fantasme pour nationaliste attardé : au carrefour des innovations technologiques et des évolutions sociétales, la mondialisation s’approfondit chaque jour un peu plus, tout en se renouvelant. Pour autant, l’avenir de la mondialisation reste ouvert : il peut s’écrire aussi bien en rose qu’en noir. La version pessimiste est celle d’une déterritorialisation d’une part croissante de la valeur ajoutée mondiale, hébergée dans un cloud défiscalisé, conduisant au déclin des ressources des Etats et aux désajustements sociaux qui en résulteraient. La version optimiste est celle d’une maîtrise territoriale de la valeur ajoutée issue des chaînes globales de valeur, permettant notamment de gérer les défis sociaux des nouveaux paradigmes technologiques. Au cœur de cette problématique, les rapports de force entre Etats et firmes seront décisifs : ou bien les firmes l’emporteront et la mondialisation ira se crasher dans le Triangle des Bermudes de la déterritorialisation de la valeur ajoutée, ou bien les Etats sauront mener à bien les Travaux d’Hercule de la période, permettant de maintenir la territorialisation de la valeur ajoutée indispensable au maintien des fonctions étatiques de cohésion sociale. Autant dire que si les firmes l’emportent, l’Etat Providence sera définitivement mort et nos sociétés n’auront plus d’autre filet de sécurité que la charité chrétienne, la zakat musulmane ou la compassion bouddhique des mégas firmes occidentales, moyen-orientales ou asiatiques, à travers leurs fondations de bienfaisance ! ISSN 2563-9234

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !