Guy Saint-Jacques, ancien Ambassadeur du Canada en Chine et fellow de l’IEIM clôturera le colloque sur les frontières de la Chine

Les 22 et 23 novembre 2017, salle des Chaufferies, CO-R700, Pavillon Cœur des sciences (UQAM)

L’Observatoire de l’Asie de l’Est (OAE) organise un colloque international intitulé « Les frontières et les marges terrestres et maritimes de la Chine : Quels enjeux géopolitiques ? ». INSCRIPTION OBLIGATOIRE EN LIGNE Cet événement qui se tiendra les 22 et 23 novembre 2017 à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), visera à proposer des débats sur les orientations de la politique de la Chine à l’endroit de ses périphéries et de ses frontières sous l’angle de la méthode géopolitique. Dans bien des domaines, la Chine est déjà la première puissance économique du monde. L’ampleur de sa démographie (1,4 milliard d’habitants), l’immensité de son territoire (9,6 millions de km²) et sa gouvernance autoritaire sont la clé pour comprendre la Chine et son affirmation de soi. Son développement, mais aussi ses difficultés, en un mot son évolution, engage notre propre avenir et celui de son environnement régional. Le marché chinois transforme les circuits commerciaux et industriels, bouleverse les savoirs, les pratiques et les relations internationales. Il est donc important, sinon urgent, de connaître ses ambitions en matière de politique étrangère. Paradoxalement, alors que la Chine s’impose sur la scène internationale, le pays semble fragilisé à l’échelle de son environnement régional, devenu un théâtre de vives tensions (Corée du Nord, mer de Chine, etc.). Ce colloque permettra de répondre aux deux questions suivantes : comment la Chine conçoit-elle ses relations avec les provinces en marge de son territoire et les pays voisins (14 pays)? Quelles sont ses ambitions diplomatiques, sécuritaires et économiques et les répercussions de ces dernières sur ses politiques domestiques et de voisinage ? Afin de favoriser la multiplication des points de vue, l’Observatoire de l’Asie de l’Est a opté pour la tenue d’une rencontre scientifique internationale et interdisciplinaire (géographie, science politique, histoire, anthropologie, management, administration). En six panels comprenant une vingtaine de communications, ce colloque réunira des chercheurs établis et émergents, spécialistes de la géopolitique asiatique et chinoise, provenant de six disciplines, de onze universités, centres et instituts, et de cinq pays issus de trois continents. Les communications se répartiront en trois grands sous-thèmes. Premièrement, nous porterons un regard critique sur les enjeux géopolitiques internes (Tibet, Xinjiang, Mongolie intérieure, etc.). Deuxièmement, nous étudierons la politique de voisinage de la Chine et les enjeux géopolitiques. Troisièmement, nous nous interrogerons sur la politique internationale de la Chine, dans ses aspects politiques, stratégiques, militaires et économiques. Les thèmes des panels sont les suivants :
  • Une montée en puissance régionale économique et militaire pacifique ou belliqueuse ?
  • Tibet, Xinjiang, Mongolie-Intérieure, Hong-Kong, delta des Perles comme symboles des failles de l’État nation chinois ?
  • Sécurisation des frontières ou politique expansionniste ?
  • Diplomatie chinoise du pourtour : facteur d’intégration ou de désintégration ?
  • Nouvelles routes de la soie, initiative géopolitique et géoéconomique ?
  • Soft power, Consensus de Beijing et cyberdiplomatie : un modèle qui s’impose ?
L’ensemble des panels sera présidé par Patrice Dallaire, ancien représentant du Québec à Beijing. Une conférence de clôture sera donnée par Guy Saint-Jacques, ancien Ambassadeur du Canada en Chine. L’objectif général de cet événement consiste à renouveler la compréhension des orientations de la politique de la Chine à l’endroit de ses périphéries internes et externes en questionnant ces enjeux sous l’angle de la méthode géopolitique. Colloque international Les marges et les frontières terrestres et maritimes de la Chine. Quels enjeux géopolitiques? 22-23 novembre 2017, Montréal Salle des Chaufferies (CO-R700) du pavillon Cœur des sciences 175, avenue du Président-Kennedy Montréal (Québec) H2X3P2

Programme

1er jour – Mercredi 22 novembre (*) : 9h00-9h30 : Conférence d’introduction – Éric Mottet (UQÀM) 9h30-11h30 : Une montée en puissance régionale économique et militaire pacifique ou belliqueuse ?
  • Ting-sheng Lin (UQÀM)
  • Tanguy Struye de Swielande (Université catholique de Louvain)
  • Zhan Su (Université Laval)
13h30-15h00 : Tibet, Xinjiang, Mongolie-Intérieure, delta des Perles comme symboles des failles de l’État-nation chinois ?
  • Emmanuel Brunet-Jailly (Victoria University)
  • Sébastien Colin (French Centre for Research on Contemporary China – Hong-Kong)
  • Emmanuel Lincot (Institut catholique de Paris)
15h00-15h15 : Pause café 15h15-17h15 : Sécurisation des frontières ou politiques expansionniste?
  • Sébastien Colin (French Centre for Research on Contemporary China – Hong-Kong)
  • Barthélémy Courmont (Université catholique de Lille – IRIS)
  • Éric Boulanger (co-directeur de l’Observatoire de l’Asie de l’Est)
  • Serge Granger (Université de Sherbrooke)
  • Emmanuel Gonon (Observatoire européen de géopolitique)
17h15-18h15 : Verre de l’amitié (*) L’ensemble des panels du mercredi 22 novembre sera présidé par Patrice Dallaire (ancien représentant du Québec à Beijing). 2ème jour – Jeudi 23 novembre : 9h30-11h00 : Diplomatie chinoise du pourtour : facteur d’intégration ou de désintégration?
  • Olga Alexeeva (UQÀM)
  • Stéphane Bernard (UQÀM)
  • Dominique Caouette (Université de Montréal)
  • Jérémy James (Universiti Brunei Darussalam)
  • Éric Mottet (UQÀM)
13h30-14h30 : Les nouvelles routes de la soie (projet OBOR), initiative géopolitique et géoéconomique?
  • Claude Comtois et Alex Champagne-Gélinas (Université de Montréal)
  • Frédéric Lasserre (Université Laval)
14h30-14h45 : Pause café 14h45-15h45 : Soft Power, Consensus de Beijing et cyberdiplomatie : un modèle qui s’impose?
  • Barthélémy Courmont (Université catholique de Lille – IRIS)
  • Ping Huang (chercheur en résidence à l’Observatoire de l’Asie de l’Est)
15h45-16h00 : Pause café 16h00-16h15 : Conférence de conclusion – Guy Saint-Jacques (ancien Ambassadeur du Canada en Chine)

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !