Construire une filière inclusive et résiliente : Le défi de l’apiculture au Sénégal

Par Eddy Michel Yao, ex-coopérant volontaire en développement et gestion de projets innovants, 13 novembre 2023

Avec une augmentation de plus de 20% au cours de la dernière décennie, le Sénégal fait partie des pays africains qui connaissent un accroissement constant de sa production de miel. Le miel sénégalais est toutefois confronté à des menaces liées aux changements climatiques. De plus, le secteur de l’apiculture sénégalais doit relever le défi de l’inclusion des femmes, un enjeu important pour le développement d’une filière inclusive et résiliente.

Défis et enjeux : Climat, Femmes et Sécurité alimentaire 

Depuis plusieurs années, les apiculteurs(trices) de la région de la Casamance, reconnue pour son importance stratégique dans la production de miel en raison de son climat pluvieux et de sa végétation luxuriante, constatent les effets néfastes des changements climatiques sur leur production. En effet, cette région du sud, qui représente 70% de la production nationale de miel, est confrontée à l’augmentation des températures, à la diminution des précipitations et à la salinisation croissante des sols. Par conséquent, la désertification progressive de la région et le décalage des périodes de floraison qui en résultent nuisent à l’environnement des abeilles et à la production de miel de qualité. Pourtant, les abeilles jouent un rôle vital dans la pollinisation ainsi que la diversification des cultures et des espèces forestières. Elles sont également une source de revenus cruciale et une ressource alimentaire essentielle pour les populations rurales. Face aux défis actuels des changements climatiques, les méthodes traditionnelles employées par les apiculteurs(trices) et basées sur les savoirs ancestraux ne sont plus aussi efficaces à cause de la baisse du rendement et des revenus. La sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de populations déjà vulnérables sur le plan économique sont donc mis en péril.

En outre, l’apiculture en Casamance est une activité traditionnellement pratiquée par les hommes en raison de croyances et stéréotypes liés à l’agressivité des abeilles et aux exigences physiques telles que la récolte nocturne de miel dans les arbres ou encore la manipulation du feu. Ces perceptions ont créé des obstacles systémiques qui ont de facto restreint la participation des femmes dans ce secteur porteur d’opportunités génératrices de revenus, bénéfique à la sécurité alimentaire et au maintien des moyens de subsistance. En réalité, très peu de femmes s’adonnent à l’apiculture en Casamance, étant généralement cantonnées à des rôles secondaires, principalement liés à la transformation et à la commercialisation du miel. Leur contribution se limite souvent à apporter un soutien aux hommes de leur famille, sans profiter directement des retombées financières ni des opportunités d’apprentissage d’où leur implication et leur représentation limitées au sein des organisations apicoles.

Les Reines des Abeilles : Une réponse aux enjeux climatiques et d’inclusion des femmes

Le projet Burru-Yambi : « Les Reines des Abeilles », financé par Affaires Mondiales Canada via le Fonds Innove de SUCO, est une réponse concrète aux enjeux liés à l’impact des changements climatiques sur l’apiculture, tout en cherchant à favoriser l’inclusion effective des femmes dans la filière. En partenariat avec l’association des apiculteurs du Sénégal (APISEN), la phase expérimentale de cette initiative collaborative vise à intégrer pleinement les femmes dans la chaîne de valeur apicole, de la production à la commercialisation en passant par la transformation.

Burru Yambi a permis de former une dizaine de femmes qui pourront agir en tant que relais et formatrices dans l’apiculture de mangrove et la production écoresponsable de miel de qualité. Les femmes formées lors de cette phase test deviendront des ambassadrices, prouvant que les femmes peuvent être des actrices majeures du secteur apicole. Enfin, à travers une série d’ateliers d’échanges et de partage, le projet a adressé les perceptions sociales sur le rôle des femmes dans l’apiculture et sur l’importance cruciale des abeilles et de la mangrove. Grâce à la sensibilisation des hommes et de la communauté rurale de Niaguis, les préjugés sociaux seront progressivement déconstruits au profit d’une filière résiliente et inclusive.

Parallèlement, le projet qui se concentre spécifiquement sur l’apiculture de mangrove, ressource naturelle précieuse de la région, appuie l’Union des Femmes Apicoles et Ostréicoles de Niaguis (UFAON) dans l’adoption de techniques de production climato-intelligentes de miel et d’autres produits dérivés de la ruche grâce à des activités de renforcement des capacités, de distribution d’équipements apicoles, de formation, de sensibilisation et de plaidoyer. Ces techniques visent à améliorer l’adaptation aux changements climatiques tout en augmentant la qualité et la quantité des productions apicoles. En effet, ce groupement composé d’une cinquantaine de femmes est confronté à des défis importants en matière de gestion des colonies d’abeilles et de récolte durable et sécuritaire du miel et des autres produits de la ruche. Par ailleurs, le projet Burru-Yambi :  « Les Reines des Abeilles » vise également à restaurer la mangrove dégradée de l’aire marine protégée de Niaguis, ce qui permettrait aux femmes du groupement de poursuivre leurs activités économiques dans l’ostréiculture tout en contribuant aux efforts de conservation de cette biodiversité.  À ce jour, 15 hectares de mangroves ont été restaurés avec l’appui des eaux et forêts ainsi que des élus locaux dans l’optique d’atténuer les effets des changements climatiques, créer des puits de carbone et des zones de reproduction d’espèces marines.


Auteur

Eddy Michel Yao, ex-coopérant volontaire en développement et gestion de projets innovants

Ce texte a été proposé dans le cadre des Journées québécoises de la solidarité internationale (JQSI) organisées par l’AQOCI.

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !