Découvrabilité des produits culturels en ligne: Un objectif prioritaire pour la coopération bilatérale France-Québec

Rapport d'analyse, 7 octobre 2020, Michèle Rioux, Guy-Philippe Wells, Jean-Robert Bisaillon, Danielle Desjardins, Martin Têtu, Joanie Grenier

Résumé

Ce rapport met l’accent sur la nécessité pour le Québec et la France d’élaborer et de promouvoir une politique internationale de la découvrabilité qui engagerait les acteurs du numérique et les acteurs des secteurs culturels dans une dynamique de responsabilité partagée. À plus long terme, des actions devraient être engagées dans le but de développer une approche multilatérale devant faciliter la généralisation des politiques et des stratégies qui favorisent la découvrabilité, un facteur déterminant de la diversité des expressions culturelles. Une approche d’engagement, de responsabilisation et de réglementation visant les grandes entreprises numériques serait certainement utile et bénéfique pour accroître la découvrabilité et la diversité des produits culturels en ligne. Ceci inclut également, pour le Québec et la France, une reconnaissance accrue de l’importance d’être actifs et engagés dans les diverses instances de gouvernance des industries globalisées afin de faire face aux barrières structurelles à la découvrabilité. La mesure de la découvrabilité devrait être systématisée afin d’en faire un instrument efficace d’intelligence et de surveillance de marché. Ceci nécessite un effort de partage des concepts (substance) et des méthodes (technique) de mesure. Pour la coopération bilatérale et multilatérale envisagée par le Québec et la France, l’objectif, à moyen terme, devrait être d’adopter une définition précise et opérationnelle de la découvrabilité qui puisse faire consensus et être le socle d’une approche visant à engager les plateformes à atteindre des niveaux élevés de découvrabilité sur les marchés locaux pour les produits locaux. Dans tous les secteurs, un travail de conditionnement des produits culturels numériques doit être effectué en tenant compte des nouvelles exigences et normes en vigueur actuellement et en fonction de leurs évolutions. La découvrabilité repose sur un ensemble de processus qui impliquent la documentation et l’identification des produits par le recours à des métadonnées élaborées selon les normes des instances de régulation technique, gouvernementales, les plateformes et les réseaux numériques. Les restructurations industrielles devraient être appuyées en centrant les efforts sur les bonnes pratiques émergentes sur les plans de la production, de la distribution et de la création. Certaines entreprises privées et publiques, notamment en agrégation de contenus, peuvent être des exemples à suivre et permettre une accélération des transitions numériques. La découvrabilité des produits devrait aussi être un instrument de rayonnement et de diversité culturelle sur le plan international. Les grandes plateformes offrent certainement un potentiel énorme de flux de produits culturels locaux vers les marchés étrangers. Le continent africain offre des opportunités, mais il ne faut pas sous-estimer les autres marchés notamment en Asie ou même l’Amérique latine.

Table des matières

Résumé, p. 2 Contexte, p. 3 1. Acteurs structurants de l’offre en ligne : agir sur les barrières structurelles, p. 4 Diplomatie numérique et découvrabilité, p. 7 2. Initiatives d’activation de la découvrabilité : s’attaquer aux barrières fonctionnelles., p. 8 2.1 Musique, p. 15
  • Leviers industriels, p. 21
  • Leviers institutionnels, p. 22
2.2 Audiovisuel, p. 23
  • Leviers industriels, p. 29
  • Leviers institutionnels, p. 29
2.3 Livre, p. 30
  • Leviers industriels et institutionnels, p. 36
2.4 Dimension transversale, p. 37 2.5 Recherche universitaire, p. 38 3. Définir et mesurer la découvrabilité, p. 40 3.1 Définir, p. 40 3.2 Mesure de l’IndiceD (iD) et au-delà — Enjeux techniques, p. 43 3.3 Mesurer pour activer la découvrabilité visant les barrières structurelles et fonctionnelles, p. 50 4. Identifier les marchés francophones et francophiles émergents et les stratégies possibles pour, p. 56 Conclusion, p. 58 Références, p. 60 Annexes, p. 64

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !