Crise budgétaire américaine

Volume 6, numéro 2, 2 avril 2013, David Dagenais

Résumé analytique

L’ambiance acrimonieuse au Congrès entre les élus républicains et démocrates boule-verse l’agenda législatif et y marginalise les enjeux commerciaux. De surcroît, les effets négatifs de la crise ne font qu’accroître l’incertitude et entravent la reprise économique. Le ralentissement anticipé de la croissance aux États-Unis affectera le commerce mondial. Si la crise politique que traversent les États-Unis paralyse le Congrès et semble mettre un frein à toute nouvelle mesure de relance, elle incite cependant l’administration Obama à redoubler d’efforts pour relancer les exportations et ainsi réduire le déficit de la balance courante et stimuler la croissance économique. Sur le front du commerce extérieur, l’administration Obama garde le cap sur l’Asie, mais retrouve un intérêt pour ses vieux alliés en Europe et au Moyen-Orient. La première tournée à l’étranger du nouveau secrétaire d’État, John Kerry, nous le rappelle. La négociation d’un Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement avec l’Union européenne devrait débuter l’été prochain. Du côté asiatique, l’annonce officielle de l’adhésion du Japon à l’Accord stratégique transpacifique de partenariat économique (TPP) est saluée par le gouvernement américain. La visite officielle du premier ministre japonais Shinzo Abe en février semble lui avoir donné une certaine marge de manœuvre politique. Des groupes d’intérêts et certains élus s’opposent ou s’inquiètent à la participation du troisième partenaire commercial des États-Unis à l’initiative d’intégration régionale, mais les deux gouvernements semblent déterminés à aller de l’avant. Mentionnons finalement que pour contrer l’espionnage industriel, notamment chinois, l’administration Obama a lancé une nouvelle initiative (Administration Strategy on Mitigating the Theft of U.S. Trade Secrets). Si les observateurs les plus pessimistes ou les plus alarmistes pensent que Washington devrait en faire bien davantage, de nombreux groupes d’intérêts représentant les entreprises américaines ont salué l’annonce.

Documents joints

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !