Conférence de Nancy Fraser : « Pour qui la justice ? »

Vendredi 20 novembre 2009 de 18h30 à 20h, Studio-Théâtre Alfred-Laliberté, UQAM

La Chaire Nycole Turmel est heureuse d’inaugurer sa série de grandes conférences en accueillant la philosophe politique américaine de réputation internationale Mme Nancy Fraser.

Quand: Le 20 novembre 2009, de 18h30 à 20h30

Où: Studio-Théâtre Alfred-Laliberté, Pavillon Judith-Jasmin, 405, rue Ste-Catherine E., Local J-M400 (niveau Métro), Métro Berri-UQAM.

Description: Qui compte en tant que sujet de justice? Il n’y a pas si longtemps, il était largement accepté que ceux qui «comptaient» étaient simplement les citoyens d’un État territorialement défini. Cependant, aujourd’hui, alors que des activistes dénoncent des injustices qui transcendent les frontières, cette vision ‘westphalienne’ est contestée et la question du «qui» de la justice devient l’objet de débats importants. Cette situation nouvelle appelle donc une nouvelle forme de théorisation de la justice, forme dont j’essaierai de brosser les contours dans cette présentation. Premièrement, argumentant pour un modèle réflexif de théorisation, j’introduirai le concept de «misframing» ou «erreur de cadrage» qui soumet le «sujet» de justice westphalien à un examen critique. Deuxièmement, dans la recherche d’un principe adéquat pour évaluer les différents «qui», je défendrai le principe de «tous ceux qui sont assujettis sont des sujets de justice» (all-subjected principle) le considérant supérieur à trois alternatives mieux connues soit le membership, l’humanisme et le principe de «tous ceux qui sont affectés sont des sujets de justice» (all-affected principle).

Biographie: Nancy Fraser est professeure et directrice du dép. de philosophie et de science politique à la New School for Social Research de New York . Après l’obtention de son doctorat en philosophie à la City University de New York, elle enseigne pendant plusieurs années à la Northwestern University avant de se joindre à la New School en 1995. Ex co-éditrice de la revue Constellations: An International Journal of Critical and Democratic Theory, elle publie énormément dans ses domaines de spécialisation que sont la philosophie politique, la théorie sociale, la philosophie continentale et la théorie féministe. Elle est auteure, notamment, de plusieurs livres dont Unruly Practices (Polity Press) qui sera publié en 1989 ainsi que Qu’est-ce que la justice sociale? Reconnaissance et redistribution (Éditions La Découverte) qui sera publié en 2005. Dans son plus récent volume, Scales of Justice: Reimagining Political Space in a Globalizing World (Columbia University Press, 2008), Nancy Fraser tente de reconstruire certains concepts clés de la philosophie politique dans la «constellation postwestphalienne» et offre ainsi une réflexion poussée sur «qui doit quoi à qui» en cette ère de mondialisation néolibérale. Nancy Fraser a reçu nombre de distinctions et de prix au cours de sa carrière tel que le Doctor Honoris Causa de l’Université Nationale de Cordoba (Argentine) en 2006 et a été à plusieurs reprises professeure invitée à Harvard, l’Université de Paris, la London School of Economics et l’Université de Stockholm pour ne nommer que celles-ci.

Partenaires

Banque ScotiaMinistère des Relations internationales et de la Francophonie | Québec Faculté de science politique et de droit | UQAM

Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

Adresse civique

Institut d’études internationales de Montréal
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Bureau A-1540, Pavillon Hubert-Aquin
Montréal (Québec) H2L 3C5

* Voir le plan du campus

Téléphone 514 987-3667
Courriel ieim@uqam.ca
UQAM www.uqam.ca

Un institut montréalais tourné vers le monde, depuis 20 ans!

— Bernard Derome, Président

Créé en 2002, l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) est un pôle d’excellence bien ancré dans la communauté montréalaise. Les activités de l’IEIM et de ses constituantes mobilisent tant le milieu académique, les représentants gouvernementaux, le corps diplomatique que les citoyens intéressés par les enjeux internationaux. Par son réseau de partenaires privés, publics et institutionnels, l’Institut participe ainsi au développement de la « diplomatie du savoir » et contribue au choix de politiques publiques aux plans municipal, national et international.

Ma collaboration avec l’IEIM s’inscrit directement dans le souci que j’ai toujours eu de livrer au public une information pertinente et de haute qualité. Elle s’inscrit également au regard de la richesse des travaux de ses membres et de son réel engagement à diffuser, auprès de la population, des connaissances susceptibles de l’aider à mieux comprendre les grands enjeux internationaux d’aujourd’hui. Par mon engagement direct dans ses activités publiques depuis 2010, j’espère contribuer à son essor, et je suis fier de m’associer à une équipe aussi dynamique et impliquée que celle de l’Institut.

Bernard Derome

À l’occasion de la rentrée universitaire 2023-2024, le président de l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) s’est prononcé sur la situation géopolitique mondiale.

« L’ordre mondial, tel que l’on l’a connu depuis la fin de la guerre froide, est complètement bousculé avec des rivalités exacerbées entre les grandes puissances et des impérialismes démesurés. »

– Bernard Derome

Inscrivez-vous au Bulletin hebdomadaire!


Contribuez à l’essor et à la mission de l’Institut !